Fondation Montresso : Les événements les plus marquants de la nouvelle saison

Fondation Montresso : Les événements les plus marquants de la nouvelle saison

Des artistes de renommée internationale sont invités à investir plusieurs espaces

Plasticienne de talent, Roxane Daumas dévoilera une dizaine de dessins réalisés à la pierre noire et une série de polaroids sur la démesure humaine qu’est la construction sans réflexion.

La Fondation Montresso, initiatrice du «Jardin Rouge», promeut l’art à Marrakech. Plusieurs évènements sont au programme pour la saison 2018-2019. «Elle réunira plus de 30 artistes venus de pays représentant tous les continents. Nous convierons 10 artistes nouveaux et plus de 20 artistes auxquels la Fondation Montresso tient à rester fidèle», expliquent les organisateurs à ce sujet. Dans ce sens la nouvelle saison sera marquée par la présentation de l’exposition «Architectures inachevées» de Roxane Daumas, prévue du 15 octobre au 30 novembre 2018. C’est un projet qui s’inscrit dans la lignée d’une recherche plastique sur les territoires en flottement. Selon la fondation, l’artiste s’est focalisée sur un hôtel en arrêt de construction depuis six ans à Marrakech.

Rongés par le temps, stigmates d’une époque de spéculation immobilière déraisonnée, ces squelettes bétonnés deviennent les temples, les témoins, le paradigme de nos incohérences contemporaines. Plasticienne de talent, Roxane Daumas dévoilera une dizaine de dessins réalisés à la pierre noire et une série de polaroids sur la démesure humaine qu’est la construction sans réflexion. Parmi les temps forts de cette saison, l’exposition «Sibéria» de l’artiste Hendrik Beikirch. Ce projet sera dévoilé à l’espace d’art Montresso en novembre 2018. «C’est le résultat de la rencontre de Beikirch avec cette immensité lointaine qu’est la Sibérie. Pour l’histoire de ces visages incolores qui nous regardent malgré tout avec chaleur humaine, la question de leur trésor personnel a servi de point de départ», explique-t-on. Le programme donne à découvrir «Hors les murs». Celui-ci présente les 23 et 24 novembre 2018 le projet «La conserverie, Marrakech» de Katre.

Cet artiste se fascine pour les lieux à l’abandon. C’est pour lui une occasion d’amener une réflexion sur l’occupation des territoires en milieu urbain. Katre tente de reconstruire le monde en ruine qu’il sillonne par la combinaison d’installations, de photographies et de peintures. «A Marrakech, avec le soutien de la Fondation Montresso, il développe un projet sur l’héritage architectural de la ville, par la création de toiles pendant sa résidence, et une rencontre-débat avec des étudiants en architecture et architectes». La saison culturelle sera également marquée de décembre à mai par la présentation des travaux de résidences de plusieurs artistes contemporains invités dans son espace «Jardin Rouge».

Parmi lesquels on retrouve David Mesguich. Cet artiste interroge les frontières, les limites et leurs artefacts qui contraignent la liberté de déplacement dans l’espace public. «L’artiste est fasciné par l’esthétique polygonale, élément de langage du glitch art, les jeux vidéo des années 80-90 ainsi que par la dramaturgie de l’art baroque. Les sculptures interrogent ainsi la condition humaine en transitant obsessionnellement entre réel et numérique, entre lieux publics et non-lieux, entre légal et illégal, entre passé et futur».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *