GMT+1 : Le casse-tête des Marocains

La population a été prise d’assaut. «La tendance à la hausse a touché tous les niveaux de notre vie quotidienne. Même nos montres n’ont pas été épargnées» tel a été la réaction d’un concitoyen au lendemain de l’établissement de l’horaire d’été adopté au Royaume dimanche 1er juin et valable jusqu’au 27 septembre. «Je connais des personnes qui n’ont réglé  leur montre qu’au soir du 2 juin. Et moi, je n’étais informé de cette mesure que deux jours avant par hasard en lisant cela sur la une d’un journal…», avoue Rachid. L’avancement de l’heure locale d’une heure soit GMT+1 a été pour beaucoup de personnes non accompagnées d’une campagne de communication et d’information adéquate. Selon les officiels, cette mesure permettra d’économiser l’énergie. Et aussi la synchronisation horaire avec l’Europe, principal partenaire économique du Maroc, justifie le nouvel horaire. Et si ce dernier s’étend sur toute l’année, une éventualité, le gain est estimé à plus de 2 milliards de dirhams de production électrique, selon des sources concordantes. Toutefois, une question s’impose à toute une classe de la société : «Est-ce que l’impact, direct ou pas, que va avoir cette économie d’énergie sur mon quotidien vaut la peine de sacrifier mes habitudes et de m’adapter à un nouveau système?» En effet, cette mesure a déclenché un véritable chamboulement des habitudes chez le citoyen marocain. Pour la plupart cela a signifié une heure de sommeil en moins.
D’autres sont soucieux de l’avancement des heures de prières et par la même celui de la rupture du jeûne au mois de ramadan. «La prière de l’après-midi, «l’Asr» sera à 17h 15, celle du couché du soleil, «le Maghreb» à 20h50 et le Ichaâ atteindra au summum de l’été  les 22h 45 pour Casablanca. Pour des villes comme Agadir ou plus loin Laâyoune et Dakhla le décalage est encore plus accentué» s’exclame Khalid, ajoutant que «l’heure d’été va coïncider avec l’avènement imminent du mois de ramadan aux alentours du 1er septembre et cela équivaut pratiquement un allongement de la durée du jeûne». intervenant dans ce sens, Ahmed déclare : «avec ce passage de GMT+ 1, la durée du jeûne restera la même. Ce qui change c’est qu’on dormira moins après S’hour et en résulte que le jeûne se fera sentir un peu plus que d’habitude». Toutefois GMT+1 ne fait pas que des mécontents. Cela signifie également une heure de soleil en plus. «Maintenant, je pourrais, après ma journée de travail, avoir l’occasion de programmer une sortie, faire des courses, aller me baigner et bronzer à la plage», affirme Saïda.
Par ailleurs, il faut savoir que mesure est actuellement en période d’essai pour le gouvernement. L’ONE a intégré ce paramètre dans ses prévisions depuis 2006 dans le cadre de la rationalisation de la consommation d’énergie. Une analyse de ses résultats sera faite après la période d’essai et trois options se présenteront : le maintien du GMT+1 durant toute l’année; son maintien en été ; ou son abandon définitif. Ainsi ce n’est qu’en tirant les conclusions basées sur des éléments réels, et plausibles chez le citoyen, qu’on pourrait juger si cette mesure mérite vraiment ce chamboulement de son quotidien. Pour l’instant celui-ci devra s’habituer à accueillir de la meilleure manière ce changement. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *