Guide pour l’accès des citoyens aux médias

Un "Guide pratique pour un dialogue entre citoyens et médias", réalisé par la chaire Unesco-Orbicom en communication publique et communautaire, a été présenté mardi à Rabat.
L’ouvrage, signé par le Pr. Jamal Eddine Naji, titulaire de la chaire, est le fruit d’une enquête menée sur la question dans six pays africains francophones, dont le Maroc. Développé en 115 pages de format moyen, il se décline en deux axes: "Le contrat, les médias et le citoyen" et "Les perspectives d’application dans les pays francophones".
 Le guide cherche à répondre à trois questions essentielles se rapportant au droit du citoyen d’avoir une nouvelle sorte d’interaction avec les médias, d’exprimer ses opinions et d’interpeller ces institutions sans oublier ses obligations à leur égard, a affirmé M. Naji dans une déclaration à la MAP. Pour sa part, le directeur général de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Ahmed Akhchichen, qui a présenté l’ouvrage, a indiqué que cette contribution incite à la réflexion sur la relation que doivent entretenir les médias publics avec la société.
 L’ouvrage vise principalement à définir les règles d’une bonne gouvernance du champ médiatique, a-t-il dit, ajoutant que l’efficacité des projets dans ce secteur dépend d’un rôle particulier qui doit être conféré au consommateur et au citoyen.
 Il a souligné, à cet égard, l’importance de tirer parti de l’expérience de la société civile qui ouvre de larges perspectives pour trouver des organisations et groupements susceptibles de devenir l’interlocuteur direct des médias.
 De son côté, la directrice de l’Institut supérieur de l’information et de la communication (ISIC), Latifa Akharbach a considéré le guide comme un appel à s’ouvrir sur le citoyen récepteur et à l’associer à la formulation du discours communicatif, dans la perspective de consacrer une communication interactive et un dialogue démocratique. Ce guide, a-t-elle poursuivi, soulève la question de la nature de la relation entre les médias et le citoyen, dans un contexte caractérisé par la nécessité d’associer le récepteur au contenu médiatique. Amina Bouaâyach, présidente de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH), a estimé, pour sa part, que l’ouvrage est une contribution à la formation d’une opinion publique capable d’exprimer ses vues.
 Et d’ajouter que la collaboration de l’OMDH à ce guide vise, notamment, à contribuer à promouvoir le principe du droit de l’individu et du groupe à l’accès à l’information.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *