Hassan Idbelkacem reçoit le prix honorifique 2012 de la culture amazighe

Hassan Idbelkacem reçoit le prix honorifique 2012 de la culture amazighe

L’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) a remis, vendredi à Rabat, le prix honorifique de la culture amazighe au titre de l’année 2012 à l’avocat Hassan Idbelkacem, l’une des figures marquantes du mouvement amazigh et ancien membre du conseil d’administration de l’IRCAM.

La cérémonie de remise des prix de la culture amazighe a été organisée au siège de l’IRCAM, en commémoration du discours Royal d’Ajdir (2001), afin de promouvoir la culture amazighe dans ses multiples expressions, par l’encouragement de ses prometteurs et de ses créateurs. 

Le prix de la recherche a par ailleurs été remis à Ahmed Skounti pour son livre en français « Le sang et le sol: Nomadisme et Sédentarisation au Maroc », tandis que le prix de la création littéraire amazighe a été attribué à Abdelkrim El Kadi pour un recueil de poésie et Mohamed Ouhammou pour un recueil de nouvelles. 

Rachid Najib, un formateur des formateurs à Guelmim-Essmara, et Abderrahmane Baida, professeur de l’enseignement primaire à Ouarzazate ont, quant à eux, reçu le prix national de l’éducation et de l’enseignement, alors que le prix de l’information et de la communication audiovisuelle a été décerné ex aequo à Samir Elmoqaddem (Télévision) et Widad Adrdag (Radio). 

Le prix national du manuscrit a été remis à Fouad Mahdaoui et le prix des Arts au groupe Tifyour (Chanson moderne) et Yahya Bouqdir (Danse collective traditionnelle).

Par ailleurs, l’IRCAM a organisé vendredi une conférence de presse dans laquelle a été dressé le bilan de son action douze ans après sa création, ainsi que les perspectives de son travail dans le cadre de la nouvelle Constitution du Royaume.

Le recteur de l’IRCAM Ahmed Boukous a affirmé dans ce cadre, que l’élaboration des projets de lois organiques relatives à la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et la création du conseil national des langues et de la culture marocaines constituent le principal enjeu à relever dans l’avenir. 

« L’IRCAM contribue au processus de la mise en place du caractère officiel de l’Amazigh, à travers un dialogue engagé avec tous les partenaires institutionnels et civils concernés », a-t-il déclaré à la MAP, à cette occasion.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *