High-Tech : Google, l’histoire d’un géant

High-Tech : Google, l’histoire d’un géant

En 1996, deux étudiants de l’université de Stanford (Palo Alto, Californie), Larry Page et Serguey Brin conçoivent et gèrent un projet de recherche, alors baptisé Blackrub. Ils avancent l’hypothèse qu’un moteur de recherche analytique (croiser les données entre différents sites web par exemple) donnerait de meilleurs résultats que les moteurs de recherche de l’époque (souvenez-vous d’Altavista). Ils déposent le nom de domaine google.com en septembre 1997. L’idée venait du fait simple que le Web, gigantesque toile formée de milliards de liens qui devait être indéxés et proposés à la requette des internautes, de façon économique et rapide. Cette idée se réalise sous la forme pure d’une simple barre de recherche.
Voulant mettre en exergue le nombre astronomique de pages que leur moteur peut proposer et analyser, les fondateurs sont partis de l’expression mathématique Gogol (un nombre qui s’écrit avec un 1 et 100 zéros derrière !) et l’ont modifiée en Google, faisant par là un jeu de mot avec goggles, «lunettes» en anglais.
Après avoir réuni un million de dollars auprès de leurs familles respectives et d’investisseurs, Larry Page et Serguey Brin (les «Google Twins») fondent Google Inc. le 7 septembre 1998. Le premier bureau sera un garage, pour perpétuer la tradition de la Silicon Valley. En juin 2000, alors que sa popularité va croissante, Google est le premier moteur de recherche à avoir référencé un demi-milliard de pages web. Cette année, Google signera un partenariat avec Yahoo! et commencera à proposer la publicité ciblée. En septembre 2001, la société obtient la validation de son brevet pour PageRank, qui est au cœur du moteur de recherche. Il s’agit du système de classement des pages web utilisé pour attribuer l’ordre des liens dans les résultats de recherches.
Comment fonctionne-t-il ?
PageRank considère que cliquer sur le lien d’une page pour accéder à une autre est en quelque sorte un vote pour la page recherchée. C’est un système «démocratique» qui permet d’évaluer la popularité d’un site web, ou une de ses pages. Cependant, et afin d’enrayer le gonflement artificiel des chiffres par les webmasters, d’autres critères entrent en ligne de compte : le trafic général associé à la page, divers critères qualitatifs (analyse sémantique, confiance et comportement des utilisateurs) etc. Schématiquement, cela revient à résoudre une équation de plus de 500 millions de variables et de plus de 2 milliards de termes !
La principale source de revenus de Google se compose des AdWords (vente de mots clés aux enchères) ainsi que du système AdSense (n’importe quel site web accueille des publicités choisies par Google et perçoit un pourcentage sur les revenus) Par la suite, la société se diversifie par la création de nouveaux services, les plus connus étant GoogleNews (suivre les informations émanants de plusieurs journaux en ligne), Gmail (boîtes mail), GoogleMaps (cartes satellites et plans de villes) etc. En 2006, Google rachète YouTube, se positionnant ainsi sur le secteur des vidéos en ligne, et cette année, le géant se lance dans la téléphonie mobile via la présentation récemment de sa nouvelle plate-forme pour mobiles «Androïd» et sa candidature au rachat de la bande de 700 MHz aux Etats-Unis, lui permettant potentiellement de devenir opérateur téléphonique.A son introduction en Bourse en 2004, l’action Google valait 80 $. Aujourd’hui, avec une action à plus de 700 $, Google est quatrième en terme de capitalisation à la Bourse de New York.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *