Hollywood attend dans la morosité le palmarès des Golden Globes

Contrairement aux années précédentes, aucun tapis rouge n’a été déployé dans les allées de l’hôtel Hilton de Beverly Hills (Californie, ouest) où une simple conférence de presse d’une heure devait se tenir  dimanche à partir de 18h00 (lundi 2h00 GMT) au lieu de l’événement traditionnel, riche en glamour et en strass.
Face aux menaces des scénaristes de bloquer la cérémonie, l’association de la presse étrangère de Hollywood (HFPA) a dû se résoudre la mort dans l’âme à annuler toutes les festivités autour de son événement phare de l’année et l’a réduit à l’essentiel: le palmarès.
Cette annonce risque de se dérouler dans une ambiance terne, aucun acteur, cinéaste ni a fortiori scénariste n’ayant prévu de se déplacer pour prononcer un discours de remerciements. La HFPA a d’ailleurs repoussé à 2009 la remise d’un Golden Globe d’honneur à Steven Spielberg, initialement prévue lors de cette édition.
C’est le drame britannique «Reviens-moi» qui aborde ces Globes avec le plus gros potentiel, sept sélections, notamment pour James McAvoy et Keira Knightley dans les catégories d’acteurs dans un drame. La comédie «La guerre selon Charlie Wilson» de Mike Nichols, où jouent Julia Roberts et Tom Hanks, suit avec cinq sélections.
Dans la catégorie reine, celle du meilleur film dramatique, «Reviens-moi» devra triompher de six autres longs métrages, dont le sanglant «Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme» des frères Joel et Ethan Coen, sélectionné à quatre reprises.
Dans la catégorie des films comiques ou musicaux, le favori semble être le drame musical «Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street», de Tim Burton avec Johnny Depp, également nommé quatre fois, qui pourrait toutefois trouver sur son chemin la comédie décalée «Juno» sur une adolescente enceinte, gros succès en salles.
Parmi les actrices dans un film comique ou musical, la vedette de «Juno», la Canadienne Ellen Page, pourrait surprendre face à la Française Marion Cotillard, grande favorite pour son portrait d’Edith Piaf dans «La Môme».
Les Globes de cette année se distinguent par une forte présence française, avec «Le scaphandre et le papillon», nommé à trois reprises, notamment pour le meilleur réalisateur et le meilleur film en langue étrangère, catégorie où l’on trouve aussi le dessin animé «Persépolis», adapté de la BD de Marjane Satrapi.
Les Golden Globes sont souvent considérés comme l’antichambre des Oscars, qui sont, cette année, prévus le 24 février et dont les finalistes seront annoncés le 22 janvier.
En 2007, trois des quatre acteurs récompensés aux Oscars avaient remporté un Golden Globe quelques semaines auparavant. Toutefois, ces trois dernières années, aucun des gagnants dans la catégorie du «meilleur film dramatique» aux Globes n’a remporté l’Oscar le plus convoité, celui du meilleur film.
Après le désastre des Globes, l’incertitude règne quant aux conséquences sur les Oscars du mouvement social des scénaristes, lancé début novembre et qui a déjà paralysé une partie de la production audiovisuelle américaine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *