Hommage à la littérature marocaine

Hommage à la littérature marocaine

«La porte des vents » est le titre de l’anthologie des récits marocains. Ce recueil vient d’être publié en Espagne sous l’initiative de trois écrivains espagnols. Marta Cerezales, Lorenzo Silva et Miguel Moreta sont les co-éditeurs de cet ouvrage. Ces trois personnes ont vécu au Maroc et furent unis par une certaine affinité sentimentale pour ce pays. Après un travail sur le recueil de récits de 16 auteurs marocains, ces écrivains ont décidé de publier une sorte d’anthologie.
Une manière d’offrir un éventail de récits marocains d’expression espagnole, ou française. La motivation de ces auteurs pour la réalisation de ce travail est née d’une prise de conscience. Une prise de conscience sur l’intérêt de ces oeuvres et de leur consistance. Une importance qui s’inscrit à travers l’histoire du pays. La littérature sert également à véhiculer des valeurs propres à une société donnée.
Il s’agit en substance et selon l’avis des auteurs espagnols de «sensibiliser le lecteur de l’autre rive sur le multilinguisme et la diversité culturelle du voisin du Sud». C’est de ce désir de montrer cette facette du Maroc et sa capacité à produire une oeuvre littéraire de qualité qu’est née la motivation de ces éditeurs. Une motivation qui s’est concrétisée à travers la publication de l’anthologie. Une anthologie qui regroupe des auteurs tels qu’Adelfettah Kilito, Ahmed Bouzfour, Larbi Lharti, Mohamed Messari ainsi que Mohamed Sibari. Pour les intéressés, cette antholgie n’est pas la première en son genre; il y en a eu d’autres qui ont été publiées en Espagne. Mais néanmoins, «La porte des vents» est originale dans la mesure où elle est intégrale. La spécificité réside en effet dans sa volonté d’intégralité. Elle regroupe certes des auteurs espagnols, mais elle n’oublie pas d’inclure des auteurs arabophones, francophones et hispanophones. C’est une façon de montrer qu’il existe au Maroc bon nombre d’auteurs qui écrivent en utilisant la langue de Cervantès. Ils sont moins nombreux que les écrivains marocains d’expression française, mais leur présence est néanmoins considérable. Outre cela, un autre élèment d’importance vient s’ajouter à l’originalité de cette anthologie. La maison qui s’occupe de l’édition de cet ouvrage s’appelle Destino». C’est une maison d’édition d’envergure, elle est considérée comme l’une des plus importantes du pays. Des auteurs de renommée internationale ont édité leur ouvrage chez Destino. Des auteurs comme Camilo José Cela (Prix Nobel), Andre Trapielllo, Mario Benedeti et Carmen Laforet.
En somme, «La porte des vents» une anthologie de 300 pages a pour but d’offrir aux lecteurs des morceaux choisis dans les récits marocains. Des récits d’importance qui laissent découvrir la tradition littéraire marocaine. Une tradition conçue de l’intersection et de la coexistance des cultures. Une manière de rapprocher les peuples et de prendre conscience du poids de la production littéraire marocaine. Des récits et des auteurs à découvrir et à apprécier, chacun selon son genre de prédilection. «La porte des vents» se veut in fine : des lectures et un enrichissement de l’esprit.
Pour ceux qui désirent avoir un avant-goût de cette anthologie, une cérémonie aura lieu ce jeudi 4 novembre à 20 heures à la bibliothèque de l’Institut Cervantès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *