Hommage aux femmes ayant marqué l’histoire du Maroc

Hommage aux femmes ayant marqué l’histoire du Maroc

La ville de Fès s’apprête à accueillir la 22ème édition du Festival des musiques sacrées du monde prévue du 6 au 14 mai. Une édition qui s’annonce festive et pleine de promesses. D’abord, elle sera placée sous  le signe «Femmes fondatrices». Une thématique inspirée, selon les organisateurs, de la vie des femmes qui ont marqué de leur empreinte l’histoire du Maroc, à l’instar de Fatima El Fehria ou Kenza El Awrabiya. Cette année mettra en valeur l’Inde. Ce pays originaire des contes des Mille et une nuits présentera son génie créatif. En effet, cette 22ème édition s’annonce riche en créations. Le spectacle d’ouverture «Un ciel plein d’étoiles» à Bab El Makina sera consacré au thème des astres féminins.

Il se veut un hommage exceptionnel aux femmes mythiques de l’Orient et du Maroc dont les histoires seront contées par Shéhérazade. Des artistes femmes du Maroc, de la Mongolie, de l’Azerbaïdjan, de l’Iran, de l’Éthiopie, de l’Inde, du Liban, de l’Italie et de l’Afrique illustreront cette fresque rehaussée par un grand orchestre oriental. Le même site recevra le lendemain une seconde création, en guise de prélude à l’accueil que réserve le festival à l’Inde, pays ami, invité de cette édition. Le public découvrira «Dubar». Il s’agit d’une formation qui réunit près de quinze solistes et percussionnistes classiques qui se disputeront la scène avec de fougueux chanteurs du Rajasthan et d’hypnotiques danseurs de kathak. Stars montantes habitées par l’audace ou maestros du sérail, tous sont choisis pour leur génie créatif.

Bab Al Makina offrira également sa scène à une envoûtante prestation de l’ensemble de musique andalouse, du grand maître Mohamed Briouel et des derviches tourneurs d’Istanbul. Sur ce même espace se produira la diva Samira Said. D’autres sites accueilleront de nombreux artistes venus d’ici et d’ailleurs, notamment Christine Salem, Hindi Zahra, Oumou Sanngare, Oy, Parvathy Baul et Mehdi Nassouli, Lamar. Outre les créations musicales, le Festival des musiques sacrées du monde de Fès sera une occasion de rencontres et de débats, à travers le «Forum de Fès». Celui-ci se déclinera en deux parties.

La première journée sera confiée au groupe «l’Obs», qui associera une pléiade d’intellectuels, femmes et hommes, à une réflexion sur la thématique générale de l’édition «Les Femmes fondatrices». Les deux journées suivantes seront animées par le philosophe Yves Michaud et Mohamed Metalsi, doyen de la Faculté des sciences humaines de l’Université euro-méditerranéenne de Fès, où il sera, notamment, rendu hommage à Fatima Mernissi, sociologue, enfant de Fès, décédée récemment.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *