Hommage cinématographique à Driss Benzekri

Hommage cinématographique à Driss Benzekri

«Le Festival international du film sur les droits humains n’est pas un événement de strates et palettes. Le tapis rouge est déroulé à la plus grande et  seule star de ce festival, les droits de l’Homme», déclare Omar Louzi, directeur de ce festival et président de l’association Mouvement de la jeunesse euro-méditerranéenne. Organisé par cette dernière, en commémoration du 1er anniversaire du décès de Driss Benzekri et du 60ème  anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cet événement a pour ambition de contribuer à la promotion de la culture des droits de l’Homme. Il aura lieu du 15 mai au 20 mai à Rabat et prévoit la projection de 60 films documentaires en provenance de vingt pays, ainsi que 15 conférences-débats,  ayant pour thématique, les droits humains. 
«Un film, un sujet, un débat pour dénoncer les violations des droits humains en particulier en Amérique latine, en Algérie, au Darfour, en Palestine réagir face à la montée du racisme en Europe et mettre en lumière le rôle des femmes dans la lutte contre l’impunité», expliquent les organisateurs.
Parmi les longs-métrages programmés, on cite  «Radio Okapi», un film sur le génocide au Rwanda, «Massaï : terre interdite» sur le génocide culturel dans le monde, «Les  maux de la faim» sur la faim dans le monde, «Vivre à Tazmamart» sur les prisonniers de Tazmamart, «A decent Factory» sur la mondialisation, «Chahinaz : quels droits pour les femmes ?»,  «Le cercle des noyers» sur l’esclavage en Mauritanie, «L’Accord» sur la paix au Moyen-Orient, «Cautiverio», otages en Colombie… Le festival prévoit également une compétition dans laquelle concourront 15 films pour  le Grand Prix Driss Benzekri et le Prix Jeune Public. Le Grand prix du festival qui est un hommage à ce grand défenseur  des droits de l’Homme au Maroc, feu Driss Benzekri, est d’une valeur de 50.000 dirhams. Il sera décerné par un jury international. «Le deuxième prix du festival d’une valeur de 10.000 DH qui sera décerné par un comité de jeunes, est une façon d’intéresser cette tranche d’âge et de l’inciter à avoir un regard sur la situation des droits de l’Homme dans le monde», explique Omar Louzi. Par ailleurs au cours de ces 6 jours de mobilisation, de débats et de cinéma contre les violations des droits humains, le festival comptera parmi lui des invités engagés dans la défense des droits humains. Il s’agit entre autres de  Louise Arbour, haut commissaire aux droits de l’Homme, Rigoberta Munchu prix Nobel de la Paix, Yasmin Sooka, membre de la commission Vérité (Afrique du Sud), Halima Boumadienne, députée au Parlement européen, Ferhat Mhenni, défenseur des droits humains en Algérie. Seront également au festival Luis Moreno-Ocampo, procureur de la Cour Pénale Internationale, Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières,  Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations unies sur le  droit à l’alimentation, Paulo Sergio Pinheiro, rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme en Birmanie, Mélanie Betancourt, fille d’Ingrid Betancourt otage des Farc et plusieurs autres personnalités nationales et internationales. Le festival aura également comme invité d’honneur le Chili. «Ce pays, à l’instar du Maroc, a vécu des années de plomb. Nous pensons que la réflexion sur les droits de l’Homme ne doit pas rester dans les tiroirs. Il faut oser regarder cette page droit dans les yeux pour pouvoir la tourner», conclut  Omar Louzi. À noter que la cérémonie d’ouverture du festival aura lieu le 15 mai à 19h au Théâtre Mohammed V. Les projections de films et les conférences de ce festival auront lieu à Rabat à la salle 7ème Art, le Centre culturel français d’Agdal et le conseil régional.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *