Hommage posthume à l’écrivaine marocaine : Une pièce de théâtre dédiée aux œuvres de Malika Najib

Hommage posthume à l’écrivaine marocaine : Une pièce de théâtre dédiée  aux œuvres de Malika Najib

La défunte s’intéressait, de son vivant, au monde arabe et musulman ainsi qu’à l’humanité. Elle était, de plus, contre le racisme et la discrimination. Des valeurs qui ont été véhiculées dans la pièce.

Les œuvres littéraires de la défunte écrivaine, Malika Najib, viennent de faire l’objet d’une pièce de théâtre intitulée «Penses-tu qu’elle attrapera la rose ?» (Atakhalouha satoumsikou elwarda ?». Une œuvre adaptée sur les planches à l’initiative de la fondation Arrabwa pour la culture et la pensée et l’association Arta pour les arts en hommage à l’auteure.

Cette pièce, interprétée par les élèves du lycée qualifiant Allal El Fassi à Rabat, est conçue par la professeure Thouria Essaoudi, également chercheuse en histoire des femmes.

Sa démarche a consisté à présenter les œuvres de Malika Najib selon une vision innovante.

Déjà, la défunte écrivaine, décédée il y a deux ans, compte à son actif un grand nombre d’œuvres. C’est le cas du recueil de nouvelles intitulé «Mythe de l’enfant endormi» (Erraged), «Elle a éclaté de rire» (Infajarat dahika) et du recueil «Le rêve vert» (Al Houlm Al Akhdar). Elle a également réalisé des études et des recherches académiques autour de l’institutionnalisation de l’égalité entre les deux sexes.      

Cela étant, la pièce aborde, selon Mme Essaoudi, deux recueils, à savoir le «Mythe de l’enfant endormi» (Erraged) et «Elle a éclaté de rire» (Infajarat dahika). «Dans cette pièce de théâtre, j’ai essayé de travailler avec les élèves pour qu’ils puissent incarner la personnalité et les préoccupations de Malika Najib», précise la professeure. Pour la chercheuse, les pensées de la défunte féministe sont également universelles. D’ailleurs, elle s’intéressait, de son vivant, au monde arabe et musulman ainsi qu’à l’humanité. Elle était, de plus, contre le racisme et la discrimination. Des valeurs qui ont été véhiculées dans la pièce comme le précise Mme Essaoudi. 

Interrogée à propos de la tournée de cette pièce de théâtre, Khadija Chaker, fondatrice de la fondation Arrabwa pour la culture et la pensée, précise qu’une proposition a été exprimée pour que cette œuvre soit présentée dans les académies. Cependant, ce tour nécessite, à ses yeux, «une coordination en termes d’organisation et de programmation». Déjà, des représentants du ministère ont pris part à la représentation récente de la pièce à Rabat et l’ont appréciée selon les dires de Mme Chaker qui se dit «prête» à cette tournée. De plus, cette œuvre a, pour elle, permis de révéler les élèves de l’école marocaine sous une autre forme contrairement aux perceptions faites à leur égard.    

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *