Hommage posthume au grand artiste marocain Hassan Skali

Hommage posthume au grand artiste marocain Hassan Skali

La disparition du grand artiste Hassan Skali a laissé un grand vide pour ses amis et son public. «Il a commencé très jeune à l’âge de dix- huit ans sa carrière d’artiste et a excellé dans son premier rôle au cinéma dans le film «Brahim ou le collier des beignets», a expliqué le critique de cinéma, Mohamed Soukri, lors d’une table ronde organisée, mercredi 1er avril, à Tétouan.
Organisée dans le cadre du 15ème Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan, cette rencontre a connu la présence d’un grand nombre d’artistes, de réalisateurs ainsi que de critiques de cinéma et d’intellectuels. Elle vise en premier lieu, «à rendre hommage à Hassan Skali et à saluer l’œuvre et la mémoire de l’homme et l’artiste», a-t-on noté. De son côté, Najat Skali, épouse du défunt, a livré un témoignage très émouvant. Elle  a tenu à souligner le grand humanisme et la générosité de feu Hassan Skali qui était un homme respectueux et serviable vis-à-vis de ses amis et de son entourage. Par ailleurs, feu Hassan Skali a côtoyé les grandes icônes du cinéma et du théâtre marocaines. «Nous nous sommes connus quand nous étions encore âgés alors de dix-huit ans. Nous étions liés d’une grande amitié qui se donnait en exemple», a révélé l’ami du défunt et grand réalisateur marocain, Mohamed Afifi. Le public garde de Hassan Skali une voix et une présence d’une grande valeur artistique. Le regretté a également joué dans de grandes productions cinématographiques au niveau international dont le film «Arissala» du grand réalisateur syrien Mustapha El Akad. Il a interprété son dernier rôle de juge dans le film «Kandicha» de Jérôme Cohen- Olivar. Il s’est distingué dans l’interprétation d’autres rôles notamment dans les deux films «Le regard» et «Casanegra» de Nourreddine Lakhmari, «Wake up Morocco» de Narjiss Nejjar ainsi que «Le bar» et «Adieu forain» de Hassan Benjelloun. Connu par son professionnalisme et d’une modestie exceptionnelle, «Hassan Skali se distinguait par son patriotisme et son amour pour son pays le Maroc. Son grand souhait est de faire connaître le rôle joué par les soixante- quinze signataires et membres de la communauté française établie au Maroc dans l’acte  de l’indépendance du Maroc», a précisé M.Afifi avant d’ajouter que «nous projetons d’écrire ensemble un scénario du film sur cette communauté. Nous avons contacté ceux qui sont encore en vie et qui habitent toujours au Maroc. Nous avons recueilli les témoignages et des documents et il nous reste que la réalisation
de ce projet».
Notons que les proches et amis du regretté Hassan Skali ont convenu d’achever ce projet du film. Ils ont aussi recommandé la création d’une Fondation qui portera son nom et militera pour la défense du statut d’artiste marocain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *