Idrissa Ouedraogo président du jury

«L’Afrique, ce n’est pas seulement celle des masques, des danses, des cases. C’est aussi celle de l’amitié, de l’amour, de la réflexion sur le monde…», avait déclaré le réalisateur burkinabé Idrissa Ouedraogo, président du jury de la 11ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga. Événement  prévu du 19 au 26 juillet et où seront en lice pour le Grand prix du festival 14 films ayant une dimension africaine.  En plus Idrissa Ouedraogo le jury international du festival est composé de six membres dont trois marocains. Il s’agit du réalisateur Abdelkrim Derkaoui, de la productrice Yasmine Chami et du critique Hassan Narrais. «Le Grand prix du festival est baptisé au nom de l’écrivain, réalisateur, acteur et scénariste sénégalais Ousmane Sembène. Et ce en reconnaissance de son militantisme cinématographique et ses efforts constants en vue de faire connaître l’Afrique et son riche patrimoine», indiquent les organisateurs. Dans ce sens, le festival rendra un hommage à feu Ousmane Sembène à travers la projection de son film «Moolaadé» lors de la cérémonie d’ouverture du festival. Par ailleurs, cette onzième édition sera également marquée par la projection en première de quelques films, indique un communiqué de l’Association organisatrice du festival. «Mettant en avant l’Afrique, le festival de Khouribga a une importance particulière dans le paysage culturel marocain. Il permet de découvrir le cinéma du continent noir. Un cinéma qui est en constante évolution au niveau des techniques cinématographiques et surtout des thématiques», a déclaré à ALM Hassan Narrais, membre du jury du festival. Et d’ajouter : «Compétition officielle permettra de confronter de grands réalisateurs expérimentés, mais aussi de jeunes réalisateurs émergents ayant de nouvelles approches». Ainsi parmi les 14 films en compétition, on note du Maroc le long métrage «En Attendant Pasolini» de Daoud Aoulad Syad (2008) et « Où Vas-tu Moshe  ?» de Hassan Benjelloun (2007). Également en lice deux films égyptiens: «Le chaos» de Youssef Chahine et Khaled Youssef (2007) et «Le cuisinier du président» de Said Hamed 2007. Le Béninois Sylvestre Amoussou participe avec «Africa  Paradis» (2007), et le Mauritanien Abderrahmane Sissako avec «Bamako» (2006). L’Algérie et la Tunisie sont respectivement représentées par Tariq Teguia avec «Rome plutôt que vous» (2008) et Nouri Bouzid avec «Making off» (2006). On note également du Burkina Faso le film «Djanta» du réalisateurs Tahairou Tasséré Ouedraougo (2007), de la Guinée «Il va pleuvoir  sur Conakry» de Cheikh Fantamady Camara, (2008), du Rwanda «Munyurangabo» de Lee Isaac Chung (2007) et  du  Sénégal «L’appel des arènes» de Cheikh N’diaye (2006).
Le Tchad participe avec le film «D75Tartina City» du réalisateur Serge Issa Coelo (2006), l’Afrique du Sud avec « Mon nom est Tsotsi » de Gavin Hood (2006), la République Démocratique du Congo avec «On the Rumba River» de Jacques Sarasin (2008) et le Mali avec «La reine des eaux» (2007) de Salif Traoré. Le président du jury  Idrissa Ouedraogo est aujourd’hui Commandeur de l’Ordre National burkinabè et Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres françaises. «C’est un des maîtres du cinéma contemporain international. Idrissa Ouedraogo est un peu le Aimé Césaire du cinéma», avait dit à son sujet le chercheur universitaire Alexandre Tylsk.  Ainsi avec sa 11ème édition, le Festival du cinéma africain de Khouribga  promet de jeter un regard particulier sur le monde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *