Inauguration royale à Bab El Makina

Inauguration royale à Bab El Makina

Un air princier marque l’ouverture de la treizième édition du Festival des musiques sacrées de Fès. L’espace Bab Makina a ouvert ses remparts le vendredi 1er juin  à un public assoiffé de musique spirituelle. Le coup d’envoi de cette manifestation annuelle a eu lieu en présence de SAR la Princesse Lalla Salma et SAR la Princesse Lalla Meryem, de la Reine Rania Al Abdullah de Jordanie et de Bernadette Chirac, l’épouse de l’ancien président français Jacques Chirac. Ces personnalités ont assisté au concert d’inauguration animé par la célèbre diva américaine Barbara Hendricks . La soprano a présenté son nouveau répertoire et a émerveillé par sa voix lyrique les spectateurs venus nombreux.  Barbara Hendricks a plus de vingt rôles d’opéra à son actif et les ventes de  ses disques sont classées parmi les meilleures.  La concertiste américaine amie du Maroc et habituée du festival, est  montée sur scène avec un caftan traditionnel blanc, signe de son amitié  au Maroc et de son attachement aux valeurs spirituelles du pays. L’Américaine naturalisée suédoise a joué en compagnie d’un ensemble baroque très célèbre dans le monde. C’est le groupe DrottningHolm (Suède) qui a interprété l’œuvre de grande renommée  Stabat Mater de  Pergolèse  ainsi que des chants sacrés. Le Stabat Mater est une œuvre musicale  religieuse écrite par Giovanni Battista Pergolesi (Pergolèse) au  dix-huitième siècle. Elle  est basée sur un texte sacré méditant sur la  souffrance de la Vierge Marie, mère du Christ. Après l’inauguration officielle de la treizième édition du Festival des musiqes sacrées, SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR la Princesse  Lalla Salma et SAR la Princesse Lalla Meryem, a offert, vendredi au Palais  royal à Fès, un dîner privé en l’honneur de  Sa Majesté la Reine Rania  Al Abdullah, épouse de SM le Roi Abdallah II de Jordanie, et de Bernadette Chirac.
Le Souverain a également adressé un message aux participants aux rencontres de Fès sur le sacré et la modernité qui se sont ouvertes le samedi 2 juin au Musée Dar El Batha.  Dans ce message, le Souverain a souligné qu’ «en faisant sien un Islam médian et modéré, alliant la logique de la raison et la lumière de la foi, le Maroc a su rester, à travers les âges, un lieu de rencontre des civilisations et de convergence des cultures sélectionnant parmi elles celles qui  convenaient le mieux à sa personnalité propre, et qui s’accordaient le plus avec les civilisations méditerranéennes et africaines avoisinantes».
Ces rencontres prendront fin ce lundi 4 juin après une matinée sous le thème «nos croyances et notre raison, à l’épreuve du nouveau monde». D’autres vedettes et des ensembles de tous les continents viendront également raviver les soirées du festival. C’est le cas de la chanteuse indienne Vasumathi Badrinathan qui interprétera des chants de l’Inde,la star béninoise d’Angélique Kidjo  qui chantera  l’amour et l’espoir de l’Afrique et le London Community Gospel qui offrira un recueil de ses plus gracieux chants sacrés en clôture du Festival.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *