Informatique : Copyright : l’industrie du disque se révolte

La Recording Industry Association of America (RIAA), puissante organisation de défense de l’industrie phonographique américaine, a porté plainte cette semaine contre Verizon afin de tenter de contraindre le fournisseur d’accès à internet (FAI) à lui fournir des informations sur l’identité d’un de ses clients, qui, selon la RIAA, met en ligne de nombreux fichiers piratés. Verizon a refusé de se soumettre à une injonction judiciaire du 24 juillet lui demandant des informations sur l’internaute en question.
L’opérateur a considéré que cette demande n’est pas conforme au Digital Millennium Copyright Act, la loi controversée de 1998 destinée à mettre fin au piratage numérique, selon son porte-parole Eric Rabe. « Nous reconnaissons que les détenteurs de droits d’auteur ont des droits importants, mais il en est de même pour les abonnés (internet) », a-t-il dit. « C’est un domaine émergent, la manière dont ce conflit sera résolu n’est pas claire ». Verizon doit tenter de faire l’équilibre entre le respect des droits d’auteur et la protection de l’identité de ses utilisateurs. Le président de la RIAA Cary Sherman a quant à lui déclaré que l’action en justice contre Verizon avait été décidée en dernier recours. « Nous prévenons toujours les gens avant de mener une action en justice. Nous avons de très bonnes relations de coopération avec les FAI et nous voulons que cela continue », a-t-il dit. La RIAA a retiré ses plaintes contre les fournisseurs d’accès AT&T Broadband, Cable & Wireless, Sprint et la filiale de WorldCom UUNet. Les plaintes avaient été déposées afin de contraindre les FAI à bloquer l’accès à un site chinois qui proposait des fichiers musicaux piratés, selon la RIAA. La RIAA a retiré sa plainte après le placement hors-ligne du site, Listen4ever.com.
Les majors affirment que Listen4ever peut fournir ses services aux utilisateurs américains, grâce aux routeurs des réseaux gérés par les opérateurs. Étant dans l’incapacité d’identifier son propriétaire, elles réclament donc que ceux-ci bloquent le trafic internet en provenance et à destination de ce site. «Listen4ever s’est volontairement domicilié en Chine pour échapper à la loi américaine sur le copyright», se justifient les majors. Depuis le dépôt de la plainte, le site n’est cependant plus accessible, sans qu’aucune raison ne puisse être avancée. Cette nouvelle action prouve que les majors américaines n’hésitent pas à avoir recours à l’ensemble des moyens juridiques à leur disposition pour parvenir à leurs fins.
Après avoir attaqué directement les systèmes d’échange de fichiers tels que Napster puis Kazaa ou Morpheus, elles ont soutenu un projet de loi censé leur donner les coudées franches pour polluer les réseaux peer-to-peer. Elles ont également applaudi quand des parlementaires républicains et démocrates ont réclamé, il y a une semaine, que le ministère de la Justice entame des poursuites à l’encontre des utilisateurs de ces réseaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *