Jalil Tijani: Quand l’humour devient un style de vie

Jalil Tijani: Quand l’humour devient un style de vie

Il animera un one man show le 23 novembre

A propos de l’intitulé «Jeux de société», Jalil Tijani précise qu’il se prête à une double lecture. Il considère qu’il y a  des gens qui jouent en société et portent un masque et il s’agit pour lui de montrer ces déguisements,  en estimant que la tare inspire toujours.

Jalil Tijani, humoriste.
Jalil Tijani, humoriste.

A le voir arriver on s’aperçoit tout de suite de son attitude cool et décontractée. L’échange avec lui confirme cette impression et ne manque surtout pas d’anecdotes. «J’ai toujours été qualifié de mec drôle au lycée et dans la famille», révèle le jeune humoriste, Jalil Tijani, qui animera le 23 novembre à la salle Gérard Philippe dans l’Institut français de Rabat un one man show intitulé «Jeux de société».

Bien que Jalil Tijani ait reçu cette qualification d’humoriste de la part de son entourage, il ne l’a pas exploitée à un moment. «Je n’en avais jamais fait quelque chose», se remémore-t-il. Pour l’heure, il semble qu’il est temps de faire valoir ce don de l’humour en sa faveur. «Je suis un être humain qui essaie de donner du sens à ma vie. Ce sens a pris la forme de l’humour en particulier», confie en toute simplicité Jalil Tijani qui prend l’humour pour une sorte de «cheval de Troie». Pour lui, cela permet d’atteindre les consciences des gens sans confrontation ni jugement.  Il veut dire par ce cheval de Troie parvenir à faire rire sur des choses qui auraient dérangé si elles n’étaient pas  abordées avec humour. «J’ai compris que l’humour est doté d’une force, et que faire rire les gens est un outil de séduction», dévoile le jeune humoriste qui a fait des études d’hôtellerie et d’art culinaire à Lyon. «Après réflexion, j’ai fait une école de formation d’acteurs à Paris. C’était ma passion», se souvient-il tout en affirmant avoir une prédilection pour  l’interprétation personnelle.

D’ailleurs, dans son prochain one man show il sera question de personnages. «Dans mon spectacle, je parle de ce que je trouve rigide dans la société marocaine et de la divergence de classes en passant d’un personnage à l’autre», précise-t-il. En outre, il indique que son one man show, écrit par ses soins, est composé de différents personnages à l’instar d’une bourgeoise qui ne sort pas de chez elle et d’un chauffeur de taxi casablancais. «Pour interpréter un taxi-driver, il me faut le bon corps à lui, son vocabulaire et le rythme de ses paroles», détaille Jalil Tijani en évoquant le propos d’un chauffeur ayant fait rire l’humoriste intéressé par d’autres personnages tel que le Subsaharien qui parle du racisme. «Il y a un nouveau personnage que j’ai apprécié, c’est le Français barbu d’origine marocaine qui ne connaît pas grand-chose à l’Islam. C’est drôle !», plaisante Jalil Tijani en avançant le propos du barbu. «Je suis plus arrivé à l’Islam par le web. Je suis un imam sur Youtube», indique l’humoriste qui, par l’occasion, s’exprime sur sa barbe. «C’est un look que j’aime bien !», révèle-t-il. 

A propos de l’intitulé «Jeux de société», Jalil Tijani précise qu’il se prête à une double lecture. Il considère qu’il y a  des gens qui jouent en société et portent un masque et il s’agit pour lui de montrer ces déguisements,  en estimant que la tare inspire toujours. «Ce que je veux creuser, c’est l’autodérision. Cela évite d’aller chez le psychologue», suggère-t-il. Des propos qui donnent envie d’aller voir son spectacle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *