Jamal Eddine Benhaddou : «Je n ai jamais écrit une de mes chansons sur demande»

Jamal Eddine Benhaddou : «Je n ai jamais écrit une de mes chansons sur demande»

ALM : Qu’est-ce qui vous a inspiré les paroles de votre nouvelle chanson «Azz Al Bouldan»?
Jamal Eddine Benhaddou: Personnellement, je n’ai jamais écrit une de mes chansons sur demande. L’inspiration me vient quand je pense au développement rapide que connaît le Maroc à tous les niveaux, et bien sûr de l’amour que je porte pour mon pays et mon Roi. Je dédie «Azz Al Bouldan», composée par Hamza Benhaddou, à tous les Marocains sans oublier bien évidemment ceux résidant à l’étranger.

Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans ce genre de chansons nationales de malhoun ?
Dans ma jeunesse, j’aimais jouer de la guitare et chanter plusieurs types de musiques dont celles de Bob Marley, Cat Stevens et Abdelhalim Hafid. Mais j’ai pu constater ensuite combien notre patrimoine musical que nos ancêtres nous ont légué est précieux et plein de rythmes. Je me suis inscrit au cours de malhoun pour développer ma passion tout en réalisant la volonté de mon défunt père qui aimait ce type de musique.

Comment avez-vous découvert votre passion pour la musique ?
Mon amour pour la musique remonte à mon très jeune âge. Je me souviens quand mon père m’offrait à l’occasion de la fête d’Achoura des jouets tels que des voitures, des ballons…
Mais je me sentais beaucoup plus attaché au petit violon que j’utilisais à l’époque comme un vrai instrument de musique et me donnait le sentiment d’être déjà un artiste. Je suis devenu depuis le petit chanteur de la famille, qui m’a encouragé à m’inscrire au Conservatoire de musique de Casablanca, où j’étais très content de suivre mes premiers cours.

Avez-vous d’autres projets de nouvelles chansons ?
J’ai toujours des nouveautés pour mon public que j’aime beaucoup. Je prépare une chanson en duo avec l’artiste Naima Tahir et que j’ai intitulée «Mouja wal harag» (La vague et l’immigré). Je projette de chanter pour de grands poètes comme Driss Ben Ali, Sidi Kaddour Alami et Thami M’daghri. J’aimerais aussi faire des clips pour «Azz Al Bouldan» et mes autres chansons. Mais avec le manque de moyens et sans aide, ces projets ne peuvent voir le jour.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *