Jeff Fahey : «Il faut que l’Algérie autorise le recensement de la population des camps de Tindouf»

Jeff Fahey : «Il faut que l’Algérie autorise le recensement de la population des camps de Tindouf»

ALM : Vous êtes un visiteur peu ordinaire de la ville de Laâyoune, chef-lieu du Sahara marocain. On aimerait bien savoir si vous êtes tombé sous le charme de cette perle du Sud ?
Jeff Fahey : C’est ma 4ème visite à Laâyoune en six mois et j’ai visité le Maroc plusieurs fois au cours de cette décennie. Lors de ma participation au Festival international du film de Marrakech, j’ai découvert l’affaire du Sahara, alors j’ai décidé de visiter cette région en compagnie d’un ami qui était ambassadeur des USA au Maroc et qui ne pouvait pas se rendre dans cette région alors qu’il était en exercice de ses fonctions diplomatiques à Rabat. Ce qui m’intéresse dans cette affaire c’est la question des réfugiés, je ne m’immisce pas dans ce qui est politique.
Lors de mes différentes expériences avec le Comité américain pour les réfugiés et immigrants en Afghanistan (USCRI) et dans d’autres pays du monde, je travaillait sur le côté humain, et c’est le cas avec les réfugiés de cette région.

Alors comment avez-vous trouvé cette ville ?
Une très belle ville qui se développe au niveau de ses infrastructures et l’habitat. J’ai aussi constaté la volonté de faire progresser l’enseignement. Je passe de beaux moments avec la population de cette ville à chaque fois que je m’y rends. Et je tiens beaucoup à cette région après chaque visite.

A votre avis, et vu que vous êtes un farouche défenseur des droits des réfugiés, à qui incombe la responsabilité de la situation déplorable que vivent les habitants des camps de Tindouf ?
La partie importante de ce qui se passe à Tindouf incombe au pays d’accueil, et dans ce cas c’est l’Algérie qui doit appliquer les dispositions de la convention de 1951. L’autre partie de la responsabilité est assumée par le reste du monde.

Le détournement des aides humanitaires dans ces camps est devenu une pratique polisarienne et algérienne par excellence, que doit faire la communauté internationale face à cette situation ?
Si c’était vrai, ça serait une tragédie. A mon avis, la communauté internationale doit être mise au courant de la situation qui prévaut à Tindouf, l’Algérie doit autoriser les instances des Nations unies à procéder au recensement de la population de ces camps, pour que le monde puisse leur venir en aide sans raviver les tensions politiques. Il faut œuvrer pour que les réfugiés cessent d’être traités comme des séquestrés.

Comment l’art peut-il servir à apaiser les souffrances des réfugiés ?
J’ai travaillé sur les affaires des réfugiés avant même d’être un acteur célèbre. L’art peut servir grâce à la réalisation des films documentaires, chansons …

Si la population marocaine de Tindouf vous demande d’être son ambassadeur, quelle serait votre réponse ?
Je suis l’ambassadeur de tous les réfugiés du monde et je serais heureux si ceux de cette région me demandent de l’être aussi pour eux. On travaille au sein du USCRI avec plus de 14 millions de réfugiés dont plus de 8,5 millions ont passé plus de dix ans dans les camps de réfugiés. Cette situation doit cesser d’exister (il faut mettre fin à cette situation).

Vu que vous êtes l’un des héros de Lost, vaudrait-il mieux qualifier la population des camps de disparue ou de trouvée?
Trouvée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *