Jmahri, El Kaouti, El Allam… en course vers la présidence

Enfin, l’Union des écrivains du Maroc tiendra son congrès national les 30 et 31 mars. Un événement qui s’avère important après les conflits ayant plané sur cette instance culturelle et ses différentes annexes. Selon une source bien informée, «les discordances relatives à l’organisation de l’Union ont mené à l’exclusion d’Abdelhamid Akkar». «Ce meeting sera organisé suite à la demande des écrivains qui ont appelé à sa tenue d’urgence pour renforcer l’Union», a enchaîné notre source ayant requis l’anonymat. Une diligence qui s’avère judicieuse face à l’absence d’une bonne représentation des intellectuels aux niveaux des scènes nationale et arabe marquées par des changements au niveau social et culturel. Malgré cela, la 18ème édition du congrès national de l’Union sera marquée par un grand taux de boycott. Selon une autre source bien informée, «seront en lice pour la présidence de l’union Abdelhamid Jmahri, membre du bureau politique du parti usfpéiste, et l’homme de théâtre Mohamed El Kaouti candidats contre Abderrahim El Allam, président actuel de l’Union, et l’istiqlalien Mohamed Mechkar, membre de celle-ci». La concurrence sera, certes, rude !
Contacté par ALM, Abdelhamid Jmahri est resté injoignable. Quant à Abderrahim El Allam, il a renié prendre connaissance des noms des candidats. A ses yeux, «peu importe qui présidera l’Union mais il faut une personne qui contribuera à son évolution». A propos du congrès, M. El Allam envisage d’en faire «un changement unique en son genre dans le profil de l’Union qui a célébré son 50ème anniversaire en 2011». Et d’ajouter: «les membres de l’union ambitionnent que ce congrès reflète la nature des changements socioculturels survenus dans le pays». Pour préparer ce congrès, deux comités ont été constitués à l’issue d’une journée d’étude organisée récemment par l’Union. Le comité législatif se penche sur l’élaboration d’une nouvelle formule de la loi fondamentale de l’Union. A son tour, le comité culturel est chargé de formuler une plate-forme culturelle harmonieuse. Pour rappel, l’Union des écrivains du Maroc tient son congrès chaque trois ans. Espérons que cette 18ème édition sera porteuse de changements !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *