Joseph Attieh : Notre devoir est de propager la joie et la paix

Joseph Attieh : Notre devoir est de propager la joie et  la paix

ALM : Il s’agit de votre premier spectacle à Casablanca. Qu’est-ce qui différencie ce concert des autres shows que vous avez donnés auparavant au Maroc ?

Joseph Attieh : En effet, je viens fréquemment au Maroc où j’ai participé à un bon nombre d’événements que cela soit à Rabat, Marrakech ou dans d’autres villes du Royaume. Indépendamment de tous ces concerts, c’est la première fois que je participe à un festival de cette envergure et surtout partager la chanson avec de grands noms de la scène marocaine. Il faut dire que j’ai souvent entendu parler de la chaleur du public casablancais et de son effervescence en live, je ne vous cache pas mon enthousiasme de découvrir cette ambiance.
Vous êtes la révélation d’une grande émission de télé-réalité. En quoi votre passage à Star Academy vous a facilité l’accès à la scène artistique ?

Star Academy a joué un grand rôle dans ma carrière. Ce passage constitue pour moi un tournant très important. C’est grâce au concept de la télé-réalité que les gens m’ont découvert et ont cru en mon talent. Le monde arabe regorge actuellement de jeunes très compétents et qui montrent un talent indéniable dans les différentes formes d’art. C’est ce que nous révèlent au quotidien les différentes chaînes télévisuelles. L’intelligence reste de savoir saisir cette chance et de faire de cette aubaine une clé de réussite.

Star Academy vous a offert un large éventail de disciplines artistiques. Changeriez-vous de parcours dans l’avenir ?

Franchement, je préfère rester concentré sur la chanson. C’est mon domaine de prédilection et les gens m’ont apprécié sous cette casquette. Je pourrais éventuellement, par la suite, tenter l’expérience du cinéma si cela se présentait. Mais je réitère encore une fois mon penchant pour la musique et le chant.

Vous avez côtoyé de près des candidats de différentes nationalités, cela ne vous a-t-il pas inspiré de chanter en différents dialectes ?

Cette idée me traverse. Je ne veux pas me prononcer officiellement sur ce sujet mais je dirais que cela se prépare. J’attends juste d’exceller dans le dialecte que je vais présenter et je vous le promets, cela va être un style maghrébin.

Vous étiez optimiste en lançant «Loubnan rah yerjaâ» (le Liban sera de retour), or la situation est loin d’être satisfaisante aujourd’hui. Quel est votre commentaire sur ce qui se passe aujourd’hui dans votre pays et dans le monde arabe ?

C’est vraiment désolant ce qui se passe. La situation est vraiment déplorable. L’ambiance sociale, politique et économique dans laquelle nous vivons n’augure pas de bonnes résolutions. En dépit de toutes ces peines, nous devons être optimistes et garder l’espoir d’un avenir meilleur. C’est là où nous devrons réagir comme artistes. Notre devoir est de propager la joie et la paix, d’où la nécessité de maintenir notre activité en ce temps crucial. De ce fait, je suis contre la suspension de tout évènement culturel ou artistique à cause de la situation politique. Les gens ont besoin de respirer et de vivre. Nous, les artistes, nous offrons ces moments de bonheur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *