Journalistes agressés

Le journaliste anime également une émission à la télévision locale. Le motif de cette agression serait d’ailleurs lié aux activités professionnelles de Sergueï, une personnalité très connue à Samara qui ne se gêne pas pour critiquer la mairie ou le gouverneur dans son émission télévisée. La radio russe recevrait de nombreux appels anonymes l’exhortant sous la menace à cesser les critiques. L’état de santé de M. Leïbgrad ne suscite aucune inquiétude. Mais rappelons que déjà en octobre 2000, le directeur de la chaîne privée «Lada-tv» dans la région de Samara avait été abattu, victime d’un assassinat commandité qui n’a toujours pas été élucidé. A la même époque, le rédacteur en chef d’une filiale de la radio «Echo» de Moscou, avait été blessé après avoir été agressé à l’arme blanche par des inconnus.
«Echo» de Moscou, qui appartenait au groupe Media-Most de Vladimir Goussinski, est l’un des rares médias russes réputés pour ses critiques vis-à-vis du pouvoir. Elle a accueilli les journalistes de la chaîne d’opposition TV-6 fermée fin janvier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *