Julio Iglesias : «Un jour, j’essaierai de faire un duo avec un artiste marocain»

Julio Iglesias : «Un jour, j’essaierai de faire un duo avec un artiste marocain»

ALM : C’est la première fois que vous allez vous produire au Maroc.Qu’allez-vous proposer à vos fans marocains ?
Julio Iglesias : Je me suis déjà produit auparavant au Maroc, mais cette année ce sera ma première participation au Festival Mawâzine. Mon concert précédent dans votre pays date de 2001, et j’en ai gardé d’excellents souvenirs. En ce qui concerne mon concert d’hier, j’ai préparé un répertoire centré sur les principales chansons de ma carrière, celles qui m’ont donné la joie de voir trois générations réunies y assister.

Est-ce que vous avez déjà visité le Maroc?
Oui, j’ai eu l’occasion de visiter votre beau pays, aussi bien comme chanteur qu’en tant que touriste. Ma maison, à Marbella (Espagne), est très proche de chez vous. Je peux même voir les côtes marocaines de mon balcon. J’ai visité Rabat, Agadir, Marrakech, Casablanca, Fès, Tanger et bien d’autres villes. Partout les gens sont accueillants et vous font sentir que vous êtes chez vous. De plus, vous avez une incroyable richesse culturelle et j’adore la variété de votre gastronomie.

N’avez-vous jamais pensé à chanter en arabe ou faire des duos avec des chanteurs marocains ou arabes?
Ça pourrait effectivement être un challenge, parce que ce n’est pas une langue facile, mais qui sait, peut-être qu’un jour j’essaierai de faire un duo avec un artiste marocain.

Quels sont les chanteurs marocains que vous aimez le plus?
La musique marocaine est l’expression de la richesse culturelle de votre pays. Je l’adore car elle vous fait vibrer avec ses rythmes forts. Ce ne serait pas gentil de mentionner des artistes marocains spécifiques, car je pourrais oublier des noms importants, mais je peux voir que la jeune génération de chanteurs marocains a un grand potentiel de talents.

Votre fils Enrique est devenu une star même s’il n’a pas suivi votre style. Que pensez-vous de la carrière de votre fils?
Je suis très fier de lui, comme de mes deux autres aînés. Enrique a prouvé qu’il pouvait atteindre le sommet par son propre talent, son travail ardu et son investissement total dans la musique. C’est un champion. Effectivement, nous avons des styles différents, ce qui est bien, car la diversité est un élément clé dans la musique.

Travaillez-vous actuellement sur un nouveau projet ?
Oui. En plus de la tournée mondiale actuelle, qui me donne le privilège de me produire dans les cinq continents, je suis occupé à travailler sur un nouvel album. Il y aura 5 CD, contenant les 135 plus importantes chansons de ma carrière, réenregistrées avec un nouveau son, moderne. C’est tout ce que je peux révéler pour l’instant.

Vous entamez votre tournée en Afrique du Nord au Maroc. La prochaine escale sera le Caire. Quel est votre programme pour cette année ?
Ma première étape en Afrique est pour le Festival Mawâzine et la seconde se fera dans la banlieue du Caire, aux Pyramides de Gizeh. Ce tour du monde 2010 a commencé en janvier, en Amérique du Sud, et j’ai pu, à ce jour, me produire dans 23 villes, sur 3 continents. L’Afrique sera le quatrième et ensuite nous irons en Europe, pour plusieurs concerts en Espagne, Monte Carlo, et d’autres villes qui seront bientôt annoncées. Pour moi, c’est un privilège de retourner dans tous ces endroits de par le monde, et de voir les concerts réunir trois générations. Je suis profondément reconnaissant envers toutes ces personnes qui le permettent et qui m’aiment et me soutiennent depuis plus de quatre décennies.

Quels sont les chanteurs arabes que vous aimez le plus?
Fairouz, Samira Bensaid, Majda Roumi, Cheb Khaled sont au nombre de mes préférés, et la liste n’est pas close, car le monde arabe compte de nombreux grands artistes.

Avez-vous un message particulier à passer au public marocain?
Je suis heureux de me produire pour vous à nouveau! J’adore le Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *