Karim Kadiri : «Je puise mes créations dans la musique égyptienne et le jazz»

Karim Kadiri : «Je puise  mes créations dans la musique égyptienne  et le jazz»

ALM : Qu’avez-vous présenté lors de votre participation à Tanjazz 2013?
Karim Kadiri : Ce que nous avons présenté est le résultat de ce que nous ressentons tous. J’écris la plupart des chansons de M’oud Swing. J’utilise mes influences puisées dans la musique égyptienne, notamment des grandes icônes de la chanson arabe tels Riad Senbati, Oum Koulsoum et Mohamed Abdelwahab, et de l’autre côté de mon amour de la musique de jazz avant-gardiste entre autres de John Coltrane, Eric Dolphy et Miles Davis. Le public était agréablement enthousiaste et semblait transporté par des rythmes et des sons très originaux, qui sont un mélange de jazz avec l’oud traditionnel.  

Comment avez-vous découvert votre penchant pour le jazz ?
J’écoutais beaucoup le jazz et le swing qui a commencé avec Benny Goodman et son Big band. J’ai pris l’habitude à la maison d’écouter les grands chanteurs arabes tels que Oum Koulsoum et Abdelhalim Hafez. C’est ainsi que j’ai aimé le jazz et la musique arabe. Après avoir rencontré Barry Sames, nous avons décidé ensemble de développer ce mélange de musique. Nous avons travaillé dur et pendant des années pour réussir à en faire quelque chose d’intelligible.  

M’oud Swing est composé des musiciens de différentes origines. Ne pensez-vous pas créer un groupe musical d’artistes marocains ?
Il y a beaucoup de grands musiciens marocains que j’admire et apprécie beaucoup. Mais ils ne sont pas des jazzmen. Nous n’avons pas, par exemple, de saxophonistes ou de batteurs marocains hors pair. C’est pourquoi je ne trouve pas ce que je cherche dans le domaine du jazz, qui n’est pas notre musique originelle. J’ai eu par contre l’honneur de jouer avec maître Saïd Chraïbi, qui est un virtuose du luth.

Etes-vous influencé par ce grand luthiste marocain ?
Saïd Chraïbi est mon idole, je le respecte énormément. J’ai choisi comme lui de faire de la musique spirituelle qui ne se vend pas bien. Ce grand artiste s’est concentré par amour sur l’art à ses dépens. Son style, on ne peut pas le définir. Il se distingue par ses belles compositions et sa grande dextérité au luth. Je suis fier d’avoir déjà travaillé avec lui, et de le compter parmi mes amis. Nous projetons de faire un CD-ROM ensemble. Nous sommes en contact avec des fondations en vue de nous aider à réaliser ce projet.

Avez-vous d’autres projets de CD ?
Notre nouveau CD «You are here» sort cette semaine. L’album comporte plusieurs hommages à des jazzmen et de grands noms de la musique arabe, tels le musicien égyptien Riad Senbati et le luthiste palestinien Simon Shaheen qui vit et travaille aux Etats-Unis. J’ai une centaine d’autres compositions prévues d’être enregistrées par M’oud Swing. Ce projet n’est pas facilement réalisable, car il exige beaucoup d’argent.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *