Karima Benyaich : «Je suis convaincue que la culture est un vecteur du développement»

Karima Benyaich : «Je suis convaincue que la culture est un vecteur du développement»

ALM : Ce festival est actuellement à sa deuxième édition. Garde-t-il toujours le même objectif : mettre en valeur la créativité féminine ?
Karima Benyaich : Tout d’abord, il faut signaler que Tétouan se distingue par son patrimoine culturel et historique. Et à travers ce festival, nous voulons mettre en valeur ce patrimoine qui est riche et diversifié. D’ailleurs, cette manifestation s’assigne pour objectif principal de rendre hommage à la femme tétouanaise. Et ce festival, qui s’est déroulé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, vise à répondre aux vœux du Souverain pour la promotion des droits de la femme. A cet effet, le festival met en exergue le  savoir-faire et la créativité de la femme tétouanaise notamment dans la musique, le chant, la gastronomie et la peinture. D’autant plus que celle-ci contribue grandement au développement de la ville.

Quelles sont les nouveautés de cette 2ème édition ?
Vu la proximité entre l’Espagne et le Maroc et les liens historiques qui les unissent, nous avons décidé, cette année, de faire de ce pays voisin l’invité d’honneur. Ce 2ème festival présente un programme riche et varié dans la même lignée que la précédente édition. Nous voulons créer, au cours de ce festival, une ambiance festive notamment pour les Tétouanais et les visiteurs de la ville aussi bien nationaux qu’internationaux.

Quel est l’apport de ce festival à la ville de Tétouan ?
Nous sommes convaincus au sein de notre association que la culture est un vecteur du développement. Car cette manifestation permet l’ouverture de notre ville sur d’autres horizons. Ce festival qui se veut un lieu de rencontres est arrivé à attirer des étrangers et des habitants originaires d’autres villes du Maroc.  

Vous occupez le poste d’ambassadrice du Maroc au Portugal, ne pensez-vous pas que c’est une lourde responsabilité pour une femme ?
J’ai l’honneur et le privilège d’être nommée par SM le Roi Mohammed VI comme ambassadrice du Maroc au Portugal. Je suis une fonctionnaire d’Etat qui a acquis vingt ans d’expérience au ministère des Affaires étrangères. Cela me permet de mieux défendre mon pays à l’étranger.

Comment faites-vous pour assurer votre autre rôle de présidente de l’Association «Voix de femmes» en parallèle à votre nouvelle fonction d’ambassadrice ?
L’Association «Voix de femmes» regroupe plusieurs membres qui travaillent en équipe. Nous avons réussi à garder la confiance de nos sponsors et partenaires qui continuent de nous soutenir pour la réussite du festival «Voix de femmes» qui est à sa deuxième édition. 

Est-ce que vos relations en tant que diplomate vous aident au développement de cette manifestation artistique ?
Comme je viens de le dire, je suis engagée comme les autres membres de l’Association au développement de ce festival. Et je dois réussir ce pari pour parvenir à respecter cet engagement. Le festival compte, cette année, parmi ses invités, des Portugais qui ont profité de l’occasion pour découvrir le Royaume.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *