Khouloud Betioui : «L’essentiel pour moi est d’aimer le personnage que j’interprète»

Khouloud Betioui : «L’essentiel pour moi est d’aimer le personnage que j’interprète»


ALM : Pouvez-vous nous parler de votre rôle dans ce film ?
Khouloud Betioui : C’est ma première expérience avec le réalisateur Abdeslam Kelai. J’ai beaucoup aimé le rôle que j’ai interprété dans le film «A ton chevet». J’y ai incarné le rôle d’une enseignante et mère d’un enfant dont la maladie était la cause de son divorce avec son mari.
Elle devient de plus en plus dévouée et très attachée à son fils. Elle n’acceptera pas la mort de son enfant et ne fera pas son deuil. C’est le genre de rôle qui influe et marque le public.

Est-ce votre première participation dans un court métrage?
C’est ma deuxième participation à un court métrage. J’étais heureuse de faire partie de l’équipe du film «A ton chevet». Nous avons travaillé dans une bonne ambiance sous la direction d’Abdeslam Kelai. Je ne m’intéresse pas au côté pécunier. L’essentiel pour moi est d’aimer le personnage qu’on me propose de jouer.

Quel est l’apport du Festival national du film de Tanger pour une jeune artiste comme vous ?
Je trouve que ce festival constitue un rendez-vous très important entre les professionnels du cinéma. Personnellement, je participe à ce festival grâce à mon interprétation du personnage principal dans le film «Kourba firachak», programmé en compétition officielle. Ce genre de manifestations nous permet de voir un nombre important de films marocains qui sont projetés pour la première fois.

Comment avez-vous découvert votre passion pour le cinéma ?
J’ai découvert ma passion pour le cinéma quand j’étais encore petite fille. J’avais l’habitude de participer aux spectacles organisés à l’école pendant les fêtes religieuses et nationales ainsi que de fin d’année. Ma mère, qui était institutrice et responsable des activités culturelles, a découvert en moi un don pour le chant et le théâtre. Elle m’encourageait à participer aux activités culturelles et artistiques organisées à l’école.

Et comment avez-vous fait par la suite pour développer votre passion pour l’art ?
Je suis native de la petite ville d’Assilah. Laquelle est très connue par son célèbre moussem qui vient de célébrer sa 31ème édition. J’ai eu la chance d’y rencontrer, pendant mon enfance, de grands artistes dans tous les domaines. Cela m’a permis d’assister à des pièces de théâtre et spectacles réalisés et animés par des artistes de renommée internationale.
J’avais aussi l’habitude de fréquenter au cours des moussems d’Assilah les ateliers de peinture organisés dans le cadre de ce moussem. Cela m’a également permis de côtoyer de grands artistes-peintres avant de devenir des années après membre du Forum d’Assilah, association organisatrice du moussem de la ville. J’ai décidé après le Bac de poursuivre mes études à l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle (ISADAC) de Rabat pour perfectionner ma passion pour le théâtre et le cinéma.

Avez-vous un projet de film ?
Je me prépare pour jouer dans un long métrage. Le public va me découvrir dans un nouveau rôle de mère d’un jeune âgé de dix-huit ans. J’ai eu d’autres propositions que je suis en train d’étudier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *