«La Brigade», une série policière qui coule dans les veines d’Adil Fadili

«La Brigade», une série policière qui coule dans les veines d’Adil Fadili

Son nom est désormais associé à la série policière «La Brigade» et il envisage d’en faire une œuvre télévisée qui dure. Adil Fadili est actuellement en tournage de la 5ème saison de cette série qu’il réalise, comme il l’a exprimé à ALM, avec beaucoup de passion et de plaisir. Pour l’instant, il travaille sur le 4ème épisode de «La Brigade» et en achèvera le tournage très bientôt pour entamer les 6 autres pour finaliser cette 5ème partie. Chaque épisode de 52 minutes lui prend 15 à 20 jours de tournage et coûte 300.000 DH.

De plus, le nombre de saisons augmente, plus le niveau de la série s’améliore. «Depuis le lancement, en 2005, de «La Brigade», celle-ci a connu une évolution au niveau technique», se félicite le réalisateur qui caresse l’espoir de faire une saison de 30 épisodes, en expliquant à ALM qu’il a recours, dans chaque saison, à de nouveaux thèmes et éléments afin de toucher une catégorie déterminée du public. Dans cette 5ème partie, Adil Fadili se penche sur les relations humaines dans le rang des policiers.

«Des clashs sont susceptibles de survenir entre flics lors de l’accomplissement de leurs tâches, c’est pourquoi j’ai envie de développer ce côté humain chez eux», précise le réalisateur qui tient à l’apparition d’un élément féminin dans son œuvre. Après les actrices Fatima Khair et Sara Tekaya, entre autres, qui ont déjà marqué «La Brigade» dans les précédentes saisons, c’est au tour de la Française d’origine marocaine, Sanaa Alaoui, de laisser son empreinte dans la 5ème partie. A ce propos, le réalisateur ne dit que du bien ! «Sanaa a cette technique d’interprétation qui consiste à prendre l’indication pour lui donner vie», déclare-t-il.

Outre «La Brigade », Adil Fadili achèvera, dans au mois, la conception du scénario d’un long-métrage. Il caresse l’espoir de déposer son dossier, en mois de janvier, auprès du fonds d’aide à la production cinématographique. «C’est un projet qui me tient à cœur, j’ai pris beaucoup de temps pour trouver une idée qui me ressemble un peu. Il s’agit d’un regard d’enfant et une réflexion d’adulte pour raconter le Maroc d’une manière un peu décalée», révèle-t-il à ALM tout en tenant à ne pas dévoiler les détails pour ne pas gâcher le charme de son projet. De surcroît, le réalisateur envisage de préparer un film avec sa sœur, Hanane, qui le marquera de sa participation. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *