La Casbah de Tiziurgane restaurée

La Casbah de Tiziurgane restaurée

La Casbah Tiziurgane retrouve ses couleurs d’antan. Après avoir atteint un état de délabrement avancé, ce monument historique fait peau neuve. Il a été restauré sous l’initiative d’une association locale en partenariat avec le ministère de la Culture.
L’architecte du projet Brahim Ouasi déclare que cette casbah a été construite vers les 13ème et 14ème siècles et possède une grande importance de part sa situation stratégique. «Cette casbah est juchée sur un piton dans l’Anti-Atlas occidental et servait au contrôle et à la surveillance commerciale», explique l’architecte.
Ce monument servait également de bastion à la résistance contre l’occupation française. Il rassemblait à l’époque une trentaine d’habitations  fortifiées avec un rempart construit selon les normes de l’architecture authentique et utilisant les matériaux traditionnels ; notamment la pierre. C’est ce qui fait la spécificité de ces constructions typiques au Sud du Maroc. Elles sont connues pour protéger du soleil et pour garantir une certaine fraîcheur à l’intérieur. Ces grandes maisons pouvaient regrouper jusqu’à sept familles vivant en communauté. Les casbahs possédaient tous les équipements collectifs dont elles avaient besoin ; à savoir la mosquée, le lieu de rassemblement des femmes (Akherbiche), ainsi qu’un espace où les chefs du village se réunissaient pour régler les affaires courantes et les différends (Imougabir).
Cette casbah a été désertée avant d’être habitée de nouveau. Aujourd’hui encore, cinq ménages y résident.  Pour mener à bien le projet de restauration, les maîtres d’oeuvre ont du réaliser une étude globale sur les casbahs avant d’entamer celle de Tiziurgane . «Cette analyse d’une durée de six mois a été réalisée en deux étapes. Nous avons d’abord effectué une étude de prospection avant de déterminer quelle sera l’approche à mener pour la restauration des lieux», explique Brahim Ouasi.
Composée de trois autres architectes, l’équipe de coordination de ce projet a répertorié toutes les maisons de la casbah en essayant d’analyser leur devenir fonctionnel. Ceci en concertation avec les habitants. «Cette étude nous a permis de dresser un certain nombre de projets catalyseurs. Aujourd’hui, ce qui est financé, ce sont les équipements publics.
Les maisons individuelles ne sont pas encore concernées», ajoute Brahim Ouasi. Le montant de cette opération, qui a nécessité 12 mois de travaux s’est élevé à 1.150. 970,22 DH. Et ce n’est que la première tranche des travaux. «Notre but et de pouvoir lancer la restauration des maisons individuelles avec la collaboration de la population locale», précise  Brahim Ouasi. «  Nous essayerons d’impliquer la population pour réhabiliter des parties de cette casbah en transformant des habitations en maisons d’hôtes par exemple», souligne à ce propos une source de l’association Tiziurgane.
Tous ceux qui possèdent des projets qui rentrent dans le cadre de la réhabilitation de cette casbah pourront recevoir des aides d’un montant allant de 30.000 à 50.000 DH. Une manière d’impliquer toute la population dans cet acte citoyen.  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *