La chaîne Tamazight innove : Des émissions en trois dialectes

La chaîne Tamazight innove : Des émissions en trois dialectes

Comme nous l’annonçait Mohamed Mamad  dans un entretien publié sur ces colonnes, la chaîne Tamazight, dont il est directeur, sera dotée d’une diffusion multipiste. Il en a fait la promotion officielle lors d’une conférence organisée mercredi soir à Rabat.

Cette technique permet, selon ses dires, au téléspectateur «de regarder une émission en trois composantes linguistiques de l’amazigh». Pour ce faire, il suffit d’appuyer, dans la télécommande, sur le bouton audio pour choisir le dialecte désiré, soit le tamazight, tachelhit ou tarifit. Cette technique est déjà lancée depuis mercredi. «Une phase d’expérimentation s’étalera sur 15 jours pour 1er mars», précise M. Mamad. A propos de l’investissement dans la diffusion multipiste, il se chiffre, selon ses dires, «à zéro dirham». Cette technique exige tout de même des infrastructures appropriées. Le tout avec l’appui de la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT). Au-delà du côté matériel, la diffusion multipiste, que le directeur qualifie de «possibilité extraordinaire», se veut de respecter la pluralité linguistique prévue dans la Constitution. De plus, cette technique est bien évidemment destinée, comme il le précise, à augmenter l’audience de la chaîne et à amortir les investissements en production. «40% des programmes sont quotidiennement concernés par cette technique», ajoute l’intervenant.

Par l’occasion, le directeur, qui a rappelé l’historique de la création de la chaîne, précise que celle-ci compte à son actif 145 films, 16 séries, 16 séries doublées, 4 sitcoms, 110 documentaires et 56 programmes doublés. «La production interne et externe de la chaîne amazighe est 100% nationale», poursuit-il. Egalement de la partie, Ahmed Boukouss, président de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), s’est exprimé sur la problématique de la dichotomie langue standard/dialectes régionaux. «Les mass médias amazigophones sont censés utiliser, de manière complémentaire, l’amazigh standard et les dialectes», estime-t-il. Pour sa part, l’Association marocaine des producteurs et créateurs en amazigh, dont Mohamed Bensidi est vice-président, appelle la SNRT à «augmenter les heures de diffusion à 24h et à signer le contra programme qui a pris du retard». M. Bensidi ne manque pas de préciser que le marché d’emploi en amazigh, marqué par un chômage, est «prometteur». Et c’était à M. Mamad de lui répondre à propos de la diffusion en 24 h : «C’est l’un des projets rentrant dans le cadre de notre plan d’action 2018».                          

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *