La cité des arts, toujours

Dans le numéro 93 de ALM, nous avons omis de mentionner que les bourses accordées aux artistes résidant à la Cité des Arts à Paris sont intégralement prises en charge par le Service culturel et de coopération de l’ambassade de France. Ce qui a fait réagir un nombre de personnes soucieuses de rendre à César ce qui lui appartient. Ces bourses coûtent à peu près 1 million de DH au précité service.
Didier Deschamps, attaché-culturel auprès de l’ambassade de France, précise que son service insiste pour que cette bourse soit ouverte aux jeunes artistes. « Notre préférence va naturellement aux artistes qui ont une carrière devant eux et non pas derrière eux » dit-il. Il précise toutefois qu’il n’existe aucune limite d’âge formelle aux candidats souhaitant séjourner à la Cité des Arts. «Les anciens n’ont pas besoin d’une bourse pour aller à Paris» ajoute-t-il. Par ailleurs, un représentant du service culturel fait partie de la commission qui étudie les dossiers de candidature.
Il a donc un mot à dire sur le choix des candidats qui partent pour Paris. La bourse pour la Cité des arts est l’un des programmes les mieux réussis et les plus durables entre la France et le Maroc. Programme très positif, dans la mesure où il permet à des artistes de créer dans l’une des villes les plus stimulantes du point de vue de la création dans le monde. Ils se confrontent ainsi à ce qui se fait en matière d’art contemporain, et cette confrontation ne peut que les porter à une meilleure création. Rappelons que le Maroc dispose de quatre ateliers à la Cité des arts qui reçoivent, chaque année pour une durée de six mois, huit artistes. Les candidats à des bourses de séjour à la Cité des Arts ont jusqu’au 15 avril 2002 pour déposer leur dossier à la Direction des arts du ministère de la Culture et de la Communication.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *