La construction d’un salon multiservices dans le pipe

La construction d’un salon multiservices dans le pipe

L’annonce a été faite lors de la présentation de la 25ème édition

120 activités seront consacrées aux enfants. L’objectif étant d’enrichir leur perception et de promouvoir leur créativité à travers des ateliers scientifiques, artistiques et chorégraphiques.

Le Salon international de l’édition et du livre (SIEL), initié par le département de la culture et de la communication, aspire à élargir son espace. «Le ministère travaille sur la construction d’un salon multiservices», précise, vendredi à Rabat, Hassan El Ouazzani, directeur du livre dans le même département et coordinateur du comité d’organisation, lors de la présentation de la 25ème édition de cette grand-messe livresque. Un événement qui se tiendra du 7 au 17 février sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. Pour expliciter le fondement de ce nouvel espace, l’intervenant conduit un chiffre. «Nous avons atteint 520.000 visiteurs l’an dernier. Nous ne pouvons pas dépasser ce nombre», détaille-t-il. Le directeur du livre saisit également son passage pour annoncer une bonne nouvelle pour les chérubins.

Un chapiteau pour enfants à l’extérieur du Salon

«L’espace des enfants sera, lors de cette 25ème édition, transféré dans un chapiteau en dehors du Salon», avance M. El Ouazzani. Selon ses dires, cet espace abritera 42 rencontres. De son côté, le ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laaraj, se félicite de la démarche de son département. «C’est pour la première fois qu’un chapiteau est dédié aux enfants», détaille-t-il. A propos des activités consacrées à ces chérubins, M. Laaraj indique que celles-ci sont au nombre de 120. L’objectif étant, selon le responsable, d’enrichir la perception des enfants et de promouvoir leur créativité à travers des ateliers scientifiques, artistiques et chorégraphiques. Mieux encore, le ministre veut donner le goût de la lecture à la génération montante.

Atteindre un lectorat de 15 à 20% en 2019

Outre la volonté d’inciter les enfants à la lecture, M. Laaraj ambitionne d’atteindre «un lectorat de 15 à 20% en 2019». Des taux qu’il avance en réponse à certains rapports qui fixent le lectorat à 8%. Il ressort également un rapport de 2017 qui classe le Maroc en 3ème position dans le monde arabe après l’Egypte et le Liban. Comme il le rappelle, les Marocains lisent 57 heures par an selon le même document. Le ministre saisit son passage pour s’exprimer sur le livre amazigh qui «n’est pas fort prédominant». M. Laaraj appelle, par l’occasion, les maisons d’édition pour y accorder de l’intérêt. «En 2019, un soutien sera davantage accordé aux publications en amazigh et à celles d’enfants et de jeunes», enchaîne-t-il.

L’Espagne et les traductions hispanophones à l’honneur

Cela étant, le salon rend hommage à l’Espagne. Cet événement livresque marocain abritera une programmation assez riche pour promouvoir le pays honoré.

Lors de la rencontre de présentation du SIEL, l’ambassadeur espagnol au Maroc, Ricardo Diez-Hochleitner Rodriguez, qui s’est félicité de cet honneur, n’a également pas manqué de louer  les efforts de l’ambassadeur marocain en Espagne qui, selon ses dires, «fait un bon travail». M. Rodriguez précise qu’une quinzaine d’activités espagnoles sont prévues lors du SIEL. Et ce n’est pas tout ! L’Espagne célébrera lors de la manifestation marocaine, sous le thème «Voyage des langues» des écrivains espagnols traduits par des interprètes marocains et vice versa. Présent également à l’événement, Abdelkader Retnani, président de l’UPEM et directeur des éditions La Croisée des Chemins, indique qu’il serait «important de sortir du salon avec une base inscrite dans les annales sur la coopération maroco-espagnole et de signer des conventions entre les deux pays et les professionnels de l’édition».

Chiffres du salon

Selon M. EL Ouazzani, l’événement qui a pris 7 mois de préparation sera marqué par la participation de 40 partenaires. Sur les 850 demandes reçues, le ministère n’a pas satisfait celles de 148 maisons d’édition, notamment étrangères, pour la qualité de publication. En détail, ce sont 302 éditeurs directs et 418 non directs ainsi que 154 maisons d’édition qui présenteront leurs publications. Quant au répertoire documentaire qui sera présenté, il se chiffre à 128.000 titres dont la philosophie représente un taux de 7%.   

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *