La Harley-Davidson a 100 ans

Le choix de Milwaukee (Wisconsin, nord) n’est pas dû au hasard pour ce rassemblement fixé du 27 au 30 août. C’est là qu’en 1903, est fondée l’entreprise par trois passionnés de mécanique de Chicago, William Harley, et ses amis, les frères Arthur et Walter Davidson, qui créent et commercialisent une moto dotée d’un bicylindre en V face à la route, caractéristique de la marque depuis ses origines. La gigantesque « birthday party », organisée par le HOG (le Harley Davidson Owner Group, association de propriétaires de Harley), doit marquer la victoire d’un symbole de l’Amérique qui a failli disparaître lors de la crise des années 70, victime des coups de boutoir d’une production motocycliste japonaise en plein essor. Le sourd « potato, potato », le son grave bien connu du V-twin Harley au ralenti, avait alors failli être remplacé par les stridents multicylindres du pays du Soleil levant. Le mythe de la Harley, la « hog » (cochon de la route, et allusion à l’association des Harleyistes) dans le jargon américain, popularisé par le film fétiche Easy Rider, par Elvis Presley et des acteurs comme Jayne Mansfield et Peter Fonda, a survécu au prix d’une douloureuse restructuration de l’entreprise, accompagnée d’une politique commerciale hardie lancée par une nouvelle direction d’une dizaine de cadres de la société. Elle réussit même à convaincre l’administration Reagan d’imposer pendant plusieurs années des droits de douanes supplémentaires aux importations de grosses japonaises. Harley-Davidson soigne la fabrication de ses machines, modernise ses moteurs, réduit ses coûts, vend des accessoires et produits dérivés (parfums, blousons, gadgets de toutes sortes) et crée le HOG, organisateur de virées collectives ponctuées de barbecues, sous l’égide de distributeurs locaux. Les ventes décollent à nouveau, et les Japonais seront contraints de se lancer dans les années 90 dans la construction de machines copiant le concept « Harley » pour tenter de contrer les Américains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *