La lettre qui fâche

La lettre qui fâche

Cette exposition va assurément faire beaucoup de mécontents. Certains peintres ont reçu, vendredi dernier, un courrier les invitant à participer à une manifestation, en Finlande, organisée par le ministère de la Culture. Son thème est mentionné: « Magie du Maroc ». La date de l’exposition n’est pas tenue secrète : du 30 août au 30 novembre 2003. L’objectif de l’événement est clarifié en des termes enthousiastes : « présentation du patrimoine artistique et culturel de notre pays à travers les pièces de musées, les photographies et les oeuvres plastiques modernes ». Les destinataires de ce courrier découvrent ensuite une phrase dont ils sont censés se réjouir au plus haut point : « nous vous informons que votre nom est suggéré parmi une liste d’artistes participant à l’exposition d’arts plastiques et nous vous prions de participer avec trois grands travaux qui ne mesurent pas moins de 1 mètre ou plusieurs petites pièces ». Après, il y a les salutations d’usage et la signature de l’auteur du courrier : Ahmed Jaride, chef de cabinet du ministre de la Culture. Ce monsieur n’est pas seulement chef de cabinet, mais artiste peintre ! « Il est anormal qu’un chef de cabinet, peintre de son état, soit le commissaire de cette manifestation. Il a établi la liste à sa guise, en y mettant ses amis et les peintres dont il a peur ! Je suis sûr que Jaride est à la tête de cette liste», nous confie un peintre très mécontent de n’avoir pas reçu le courrier. Il n’est pas d’ailleurs le seul, puisque les appels téléphoniques pleuvent au ministère de la Culture. Les artistes désirant à tout prix recevoir la lettre grognent. Le plus drôle, c’est que l’une des personnes à se plaindre de n’avoir pas reçu le courrier est un conseiller du ministre de la Culture, également peintre ! Ahmed Jaride a envoyé son courrier, juste avant de prendre l’avion pour l’étranger. Il est irrattrapable pour tous ceux qui courent vainement après la lettre salvatrice ! Ils sont à mille lieues de se douter que les peintres qui l’ont reçue sont également mécontents. Mohamed Melehi compte parmi les artistes sélectionnés pour participer à cette manifestation. Il s’étonne que le concept de l’exposition ne soit pas défini. Il ajoute : « il est anormal qu’un peintre soit dans l’impossibilité de connaître les artistes qui exposent avec lui». En effet, la liste est jalousement gardée par Ahmed Jaride, et pour avoir quelque chance de l’établir dans son intégralité, il faut faire le tour de tous les peintres du pays, avec le risque d’ameuter contre son auteur tous ceux qui n’y figurent pas. Le peintre Mohamed Kacimi fait également partie des heureux élus. Il déplore également n’avoir aucune information à fournir sur la manifestation. Le peintre Fouad Bellamine, également sélectionné, est pour sa part furieux. Il estime qu’il est inadmissible de continuer à « improviser ». L’exposition a lieu au mois d’août et les participants ont été en effet informés seulement un peu plus d’un mois avant le vernissage. Fouad Bellamine rappelle que cette manifestation est la première du genre en Finlande. « C’est de l’image de notre peinture qu’il est question », dit-il. Cette réalité constitue le revers cinglant du côté burlesque d’une manifestation qui a tout, malheureusement, pour présenter un visage imparfait de la création plastique dans notre pays. Une personne peut-elle avoir la responsabilité de sélectionner, seule, des artistes marocains invités à exposer dans un autre pays ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *