La méditerranée à l’honneur

La méditerranée à l’honneur

Mettre en valeur le patrimoine architectural, non seulement marocain, mais de tout le pourtour méditerranéen. Tel est l’objectif de l’exposition de photographies qu’organisent conjointement l’Institut Cervantes de Rabat et l’Ecole nationale d’architecture.
Une exposition prévue à partir de ce jeudi 16 septembre et qui prendra fin le 24 du même mois, à la salle d’expositions de l’ENA. Baptisé Castrum, le projet, souligne-t-on dans un communiqué, « est né de la volonté de mettre en valeur des biens culturelle et des villes mineurs de la méditerranée occidentale pour la promotion d´un tourisme périphérique, culturel et écologique ». Voilà qui résume le double objectif de cette expositions. Le premier n’est autre que culturel, le projet Castrum étant le fruit d’une action commune d´opérateurs culturels comme l’Institut Cervantes, l´Association les Amis du Patrimoine de Tétouan et la Région de Murcie. L’objectif n’est autre que la promotion des projets de réhabilitation de tours, châteaux, forts et remparts, respectant le modèle et les matériaux originaux. Le travail d´intégration de ce patrimoine, souvent marginalisé, est accompagné d´études de gestion. Il est également question de le rentabiliser et de créer des mécanismes de gérance capables d´assurer son entretien et sa maintenance. C’est là le deuxième objectif de cette expsotion, qui se veut un espace de réflexion sur les moyens de faire du patrimoine un facteur de croissance économique.
L´idée matrice du projet Castrum est de relancer économiquement de vastes zones périphériques et rurales. Il s´agit d´une trentaine de villes et villages méditerranéens situés en Italie, en Espagne, au Portugal et au Maroc. Ils se caractérisent par un patrimoine historique, présentant aussi un intérêt écologique.
Le projet comprend, en plus de la revalorisation des sites historiques, la formation d’un personnel spécialisé pour leur sauvegarde, la mise en place des routes touristiques liées au patrimoine, et l´établissement d´un réseau qui entretiendrait la promotion des sites ciblées. «L´utilité de ce projet, c´est qu´il trace des parcours en intégrant architecture, histoire et environnement. D´autre part, Castrum oeuvre pour que le travail de réhabilitation soit accompagné d´études spécialisées, historiques, écologiques, culturelles, etc», lit-on dans le communiqué précité.
Au Maroc, plusieurs itinéraires ont été inclus dans le projet : Meknès, Tanger, Tétouan et Qsar Sghir. Le circuit du nord concerne Ksar Kébir, Larache, Lixus, Asilah, Tanger, Qsar Sghir, Tetouan, Targha et Chefchaouen. Les sept emplacements qui composent ce circuit de 430 km représentent les centres du pouvoir et de la résistance durant le Moyen Age.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *