La mondialisation de la censure

Le gouvernement américain fait ravaler à la chaîne de télévision Al Arabia les propos de Saddam Hussein. La police irakienne a fermé lundi le bureau d’Al Arabia à Bagdad pour avoir diffusé, à plusieurs reprises, des enregistrements de Saddam Hussein. Le Conseil de gouvernement transitoire irakien (CGTI) a annoncé des poursuites contre cette chaîne de télévision, basée à Doubaï, pour incitation à la violence. “Nous allons engager une action judiciaire contre Al Arabia parce qu’elle diffuse de la propagande de Saddam“, a déclaré à la presse Djalal Talabani, qui assure la présidence tournante du CGTI. Les termes de l’accusation de ce dernier sont graves : la chaîne serait le porte-parole de Saddam Hussein. En diffusant ses exhortations à résister à la présence des soldats américains et aux Irakiens qui collaborent avec eux, la chaîne inciterait à la violence. Le curieux, c’est que l’initiative du CGTI, mis en place par Washington, intervient trois jours après la dénonciation par le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld d’Al Arabia et de sa consoeur, la chaîne qatarie Al Jazzera, pour leur hostilité commune aux intérêts des Etats-Unis. Cette coïncidence de dates ne relève pas du hasard. Le gouvernement américain mène une véritable campagne de propagande depuis le commencement de la guerre en Irak. Tout ce qui est humiliant est du ressort des fidèles à Saddam. Tout ce qui est noble et héroïque est l’apanage des soldats américains. Et de préférence des soldates, à l’instar de l’opération du sauvetage hyper médiatisé du deuxième classe Jessica Lynch. L’armée américaine a bien vendu son histoire, en y mettant tous les ingrédients d’un film hollywoodien. Émotion, puisque c’est une femme qui se bat contre la garde ventrue, velue et moustachue de Saddam Hussein. Héroïsme, puisqu’elle a été certes faite prisonnière, mais après avoir combattu jusqu’à épuisement de ses munitions. Et puis, un commando l’a arrachée aux mains de ses ravisseurs ! Nous sommes en plein cinéma de propagande. D’ailleurs, le vrai cinéma ne s’y est pas trompé, puisque des représentants de la chaîne de télévision américaine NBC ont conclu un accord avec ceux de Jessica Lynch, en vue de réaliser un film à partir de son aventure. L’appareil de propagande américain encourage ces opérations qui dopent le moral de ses troupes et veille à ce qu’aucune image montrant un Gi’s mort ne fasse le tour des chaînes. Bien plus, l’interdit des images n’épargne pas les cercueils où sont rapatriés les morts américains. Ces derniers sont des noms sans corps. Rien d’étonnant donc à ce que le gouvernement américain ait voulu faire taire une chaîne de télévision qui contrarie ses projets. La chaîne Al-Arabia a annoncé qu’elle ne diffuserait plus à partir de l’Irak jusqu’à ce que son litige avec le conseil de gouvernement irakien soit réglé juridiquement. Ses 80 journalistes et cameramen sur tout l’Irak en appellent à la liberté de presse. Pour Donald Rumsfeld, il n’y a pas de liberté de presse quand de gros intérêts sont mis en jeu. Il existe juste une chape pour avoir la maîtrise du terrain. C’est avec un raisonnement de ce genre que Gobbels, ministre de la propagande et de l’Information de Hitler…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *