La moyenne de vente des journaux au Maroc est de 13 exemplaires pour 1000 habitants

La moyenne de vente des journaux en France est de 285 exemplaires pour 1.000 habitants, alors que dans les pays arabes, elle n’est que de 55 exemplaires.

Intervenant, mercredi soir, lors d’une table ronde sur "Le paysage médiatique maghrébin : mutations et enjeux", Mme Akherbach a indiqué que le tirage des journaux au Maroc a accusé une baisse au cours de l’année 2005, passant de 300.000 à 250.000, faisant remarquer qu’en comparaison avec certains  pays du Maghreb, le tirage des journaux marocains reste "faible".

Mme Akherbach a, par ailleurs, expliqué que la concurrence, que se livre ses dernières années les titres privés (indépendants) et la presse partisane au Maroc, a poussé cette dernière à remettre en cause sa position quant à cette profession et à la mission d’informer le lecteur.

Les ventes enregistrées au niveau national des organes de presse en langue arabe, arrivent en tête, soit 60 pc, mais ne bénéficient que de 30 pc des annonces publicitaires, a-t-elle souligné.

Plusieurs autres intervenants, lors de cette rencontre organisée par l’ISIC,  en partenariat avec l’Association marocaine pour la recherche historique, dans le cadre de la 12ème édition du Salon International de l’édition et du livre (SIEL), ont mis en avant les mutations survenues ces dernières années dans le paysage audiovisuel dans les pays du Maghreb, appelant à la conjugaison des efforts de l’ensemble des journalistes maghrébins, afin de développer la profession et être au diapason de l’évolution enregistrée dans ce secteur.

Ils ont aussi appelé à "la démocratisation audiovisuelle" et à la prise en compte de la diversité sociale dans les médias publics et privés, et ont déploré l’absence d’une stratégie commune en matière des médias entre les pays du Maghreb, de nature à renforcer la cohésion entre les peuples de la région.

Ont pris part à cette rencontre MM. Hamid Berrada (journaliste), Riadh Ferjani (universitaire tunisien), Jamaâ Baida (historien), Mohamed Fall Ould Oumeir (journaliste mauritanien), Jamal Eddine Naji (enseignant et chercheur) et Abdelawehab Errami (enseignant à l’ISIC).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *