La musique jeune sur une note d’espoir

Deux jours de paix et de musique, c’est ce que propose la première édition du Festival de musique espoir de Settat. Une manifestation dédiée à la musique urbaine et qui aura lieu, les 19 et 20 décembre au cinéma Al Ahram de Settat. Organisé par l’association musique-espoir avec le soutien de la wilaya de Settat et la municipalité de la ville, ce festival verra la participation d’une douzaine de groupes de musique en provenance de diverses villes du Royaume. «Nous avons souhaité que les nombreux groupes de musique urbaine de la ville de Settat rencontrent d’autres formations issues d’autres régions», a indiqué à ALM Khalil El Bouayadi président du festival. Selon ce dernier, les organisateurs ont reçu une trentaine de maquettes de groupes des quatre coins du Royaume. Un comité de sélection a par la suite, retenu les participants au festival représentant diverses régions du Royaume. Lors de cette première édition du festival, ce sont deux catégories musicales qui sont représentées notamment la fusion et le rock. Les groupes retenus dans la section fusion se produiront le vendredi 19 décembre. Parmi ces groupes, on note Gnawa storm de Settat, Made in Bled de Casablanca, Baraka Fusion de Khouribga et Maghreb Fusion de Mohammédia entre autres groupes. La catégorie rock comprend des groupes comme Legend revival de Settat, également de la même ville le groupe Sakadoya (1er prix au festival génération Mawâzine). Le groupe Old School de Casablanca, Démolition de Kénitra, Raning Madnes de Tétouan sont également de la partie avec d’autres groupes. «L’objectif de ce festival n’est pas d’organiser une compétition, mais d’offrir à de multiples jeunes mélomanes de diverses régions du Royaume la possibilité de se rencontrer et de comparer leurs expériences. Et ce en partageant de riches moments musicaux dans la convivialité et la bonne humeur», explique El Bouayadi. Et d’ajouter : «Dans la perspective de promouvoir les jeunes talents musicaux et de permettre aux nouveaux groupes de s’épanouir, l’association a répondu favorable aux propositions des artistes pour remplacer la compétition par une ambiance musicale plus décontractée: tous les participants vont paraître en tant qu’invités». Pour ce jeune professeur de musique et passionné de blues, il s’agit surtout d’encourager la musique et la culture alternatives dans ce festival qui veut être un espace d’expression et de liberté pour les jeunes. Selon le président du festival Musique espoir, le nom de ce festival s’inspire de «cette énergie positive que dégage toujours une musique qui sort du cœur et qui est faite par des gents passionnés et qui n’ont aucun but lucratif». Pour cette première édition, le festival se déroulera en deux jour. L’ambition des organisateurs et d’élargir la durée de cette manifestation en quatre jours en ajoutant deux autres catégories à savoir le Hip Hop et jazz blues. Malgré le manque de sponsors, les organisateurs se sont par ailleurs mobilisés pour offrir au participants et aux mélomanes des conditions optimales d’organisations. L’ambition des organisateurs est de combattre par le biais de la musique toute «énergie négative ou obscurantiste qui pourrait envahir l’esprit des jeunes». Ainsi c’est l’espoir que veut offrir ce festival.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *