La passion Lippi

La passion Lippi

Florence 1414. Un enfant hirsute, aux pieds couverts de corne, griffonne furieusement une fresque remarquable à même le sol d’une ruelle des bas fonds de la ville. Miraculeusement repéré par Cosme de Medicis et placé au couvent des Carmes, il va faire souffler un vent de passion sur la peinture de la Renaissance. Moine et libertin, artiste intransigeant et manipulateur sans scrupule, futur maître de Botticelli, ses sublimes madones bouleversent son époque.
Elles lui sont pourtant très intimement inspirées par les filles des maisons de plaisir de Florence qui en ont fait leur petit prince caché. Bravant tous les interdits et jusqu’à l’autorité suprême du Pape, il commet par amour l’ultime provocation. Le scandale le pousse à l’exil et le renvoie au secret sanglant enfoui au coeur de son enfance. Peintre voyou, ange ivre, Fra Fillipo Lippi invente un rapport nouveau entre l’art et le monde de l’argent et le premier, fait passer les peintres du statut d’artisans estimés à celui d’artistes reconnus.

La passion Lippi,
Sophie Chauveau, Edition Telemaque

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *