La Péruvienne Claudia Llossa remporte le grand Prix

La Péruvienne Claudia Llossa remporte le grand Prix

Le rideau est tombé, samedi soir, sur la 3ème édition du Festival international du film de femmes de Salé, lors d’une cérémonie grandiose à l’espace culturel cinématographique «Hollywood». Ceci en en présence de Khalid Naciri, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Bensalem Himmich, ministre de la Culture, Noureddine Sail, directeur général du Centre cinématographique marocain et d’autres personnalités culturelles et artistiques. Après un choix audacieux du jury et une sélection définitive, le grand Prix de cette 3ème édition, doté d’une récompense de 50.000 dirhams, a été remporté par la réalisatrice péruvienne Claudia Llossa pour son film intitulé «Fausta, lait de la douleur». «Ce film traduit une forte image et une sensibilité imaginaire du monde de la femme», a indiqué Imane Mesbahi, membre du jury. Le Prix spécial du jury doté d’une récompense de 30. 000 dirhams a été décerné à la réalisatrice américaine Kelly Reichardt pour son long-métrage intitulé «Windy et Lucy».
Le couple belge le plus créatif, Abel Fiona Romy a reçu une mention spéciale du jury pour leur film «Rumba».
Le Prix de la meilleure interprétation féminine a été remis à la jeune actrice Houda Sidki pour son rôle dans le film «Kharboucha» du réalisateur Hamid Zoughi. «J’avais déjà reçu pour le rôle de «Kharboucha» un prix au festival de Tanger. Très contente de cette récompense, je la dédie à toutes les femmes marocaines», a confié Houda Sidki. L’acteur égyptien Fathy Abdel Wahab a été nommé meilleur acteur pour son rôle dans le film égyptien «Mix Fawzia» du réalisateur Magdy Ahmed Ali. Ce prix est doté d’une récompense de 15.000 dirhams. Quant au Prix du scénario, d’une récompense de 20.000 dirhams, il a été décerné aux deux scénaristes Aida Begic et Elma Tataragic pour leur film intitulé «La neige». Lors de cette cérémonie de clôture, un vibrant hommage a été rendu au cinéaste Abdallah Bayahiya et à la technicienne du cinéma Naïma Saoudi. «Je suis très heureuse d’être honorée dans ma ville natale Salé», a indiqué cette dernière. «Naïma Saoudi est une femme travailleuse qui a consacré sa vie au service du cinéma, elle est une familière des tournages depuis plusieurs décennies», a souligné Nourddine Sail directeur du CCM. La cérémonie de clôture a été marquée par la projection du film américain intitulé «Rachel se marie» du réalisateur Jonathan Demme. Pour rappel, le cinéma palestinien a été à l’honneur lors de cette troisième édition, à travers la projection 25 courts, longs-métrages et documentaires, réalisés par des femmes, dévoilant les souffrances et les grands exploits de ce peuple martyrisé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *