La Plaza de Toro inscrite au patrimoine historique à Tanger

La Plaza de Toro inscrite au patrimoine historique à Tanger

Bâtiment construit par les Espagnols à la fin des années 40

Le combat de la société civile pour sauver les arènes de Tanger de l’abandon et du délabrement continue de plus belle. Plus communément connue par la Plaza de Toro, cette place – qui a vu jouer les plus célèbres toréros de leur époque, tels que Manuel Benítez Pérez, «El Cordobés» pour les amoureux de la corrida – vient de faire partie des anciens sites bénéficiant de la nouvelle opération d’inscription au patrimoine historique. Ce projet d’inscription des arènes au titre des monuments historiques de la ville vient répondre à la demande de l’Observatoire pour la protection de l’environnement et du patrimoine historique de Tanger (OPEMH).

D’autant plus que l’OPEMH a été, il y a plus de trois ans, à l’origine d’une commission, composée par les représentants de la société civile et de la mairie ainsi que ceux des départements publics concernés, avec comme objectif d’étudier la possibilité de réhabiliter et restaurer les locaux de ce bâtiment construit par les Espagnols à la fin des années 40.

Par  ailleurs, la Plaza de Toro, propriété de la commune, avait déjà bénéficié, il y a plusieurs années, et à l’initiative du conseil communal (sous la présidence de l’ancien maire Dahmane Derham) d’un projet de réhabilitation et de restauration pour un budget global de 30 millions de dirhams, constitué en sa totalité par la vente des biens hérités d’un riche espagnol (Duc de Tovar) ayant vécu à Tanger et y est mort en 1953.

Ce projet qui n’a pas vu le jour jusqu’à présent a amené l’OPEMH à appeler, depuis sa constitution en 2012, à sortir ce projet des tiroirs en vue de sauver ce site historique, dont les locaux de 17.000 m2 se trouvent, depuis sa fermeture définitive, en 1971, au public, dans un état de délabrement lamentable.

Ce projet, selon son ancienne conception à l’initiative de l’ex-bureau du conseil communal, vise la réhabilitation et la restauration de l’ensemble des locaux des arènes, dont l’aire de jeu occupe respectivement 4.400 m2 et 2.000 m2, tout en préservant à ce monument historique son aspect architectural circulaire avec sa façade au style hispano-mauresque.

Il est à rappeler que depuis sa constitution, la commission chargée d’étudier la possibilité de réhabiliter les locaux a reçu plusieurs propositions, dont celui du Conseil régional du tourisme (CRT) de Tanger-Tétouan optant pour un projet de la rénovation et restauration des arènes, dont la capacité est de 10.000 places, et ce en vue d’attirer un grand nombre de visiteurs, particulièrement les touristes espagnols encore très amoureux de la corrida.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *