La SNRT fait son cinéma

«Film industry» est l’intitulé du projet initié par Ali’n production et la Société nationale de radio-télévision (SNRT). Le contenu de ce projet a été présenté au public le mardi 18 avril à Rabat. De prime  abord, il s’agit de la production de trente films en langue amazighe durant l’année 2006-2007. Le tournage d’une partie de ces films s’est déjà déroulée dans la région d’Agadir à partir de février 2005. Mais avant le tournage, il y a eu bien entendu la phase de l’écriture du scénario. Selon le cinéaste Nabyl Ayouch, le protagoniste de ce «film industrie» une équipe de 15 scénaristes a été constitué et dirigée par Mustapha Achaouar,le directeur d’écriture. Chaque auteur a écrit environ deux scénarii. Le processus a débuté en octobre 2004 et a duré environ un an et demi. Jusqu’à présent, seuls deux films sont fins prêts pour la distribution et seront disponibles d’abord sur le marché vidéo à partir du 24 avril. Il s’agit de la comédie «Wash» ainsi que du film d’horreur «Tiorka». Avant d’être diffusé sur la SNRT, ces films seront d’abord projetés dans les salles de cinéma sur support 35 mm. Parmi les réalisateurs qui ont participé à ce projet figurent entre autres Brahim Chkairi, Hicham Lasri, Yassine Fanane ainsi que Hicham Ayouch, qui n’est autre que le frangin de Nabyl Ayouch. Selon ce dernier, il n’y a pas eu d’appel à candidatures, seuls les réalisateurs qui étaient vraiment intéressés par le projet ont participé à ce film industrie. «Ceux qui étaient au courant du projet et qui ont manifesté leur intérêt ont intégré l’équipe du projet», rapporte Nabyl Ayouch. Ainsi, après avoir ficelé le projet, Nabyl Ayouch a proposé son «film industrie» à Fayçal Laraichi, le président de la SNRT. Lors de la conférence du lancement, Fayçal Laraichi a déclaré que «ce projet vient conforter la politique de soutien à la production  nationale, tel que stipulé dans le cahier des charges, permettra de créer des   postes d’emploi et de lutter contre le piratage, ces films étant distribués,  dans un premier temps, sur VCD et DVD à coût réduit». Dans ce cahier de charges la production des films en amazigh tient une grande place. D’où l’adhésion de la SNRT au projet de Nabyl Ayouch. Les trente films seront tournés en tachelhit. Vingt neuf d’entre eux seront tournés en tachelhit et doublé en arabe, tarifit et tamazight, l’autre film qui reste sera tournés en arabe et doublé en tarifit et tamazight. Ces films devront être exploités chacun pendant douze mois sur les marchés national et international, avant leur diffusion sur l’antenne de la SNRT sur canal hertzien puis, à court terme, également sur un canal Haute définition (HD). Le coût du projet est de 36 millions DH. Les trente films devront être prêts d’ici la fin de l’année 2007.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *