La souffrance poétique adaptée sur les planches : La pièce de théâtre sera présentée en avant-première en février

La souffrance poétique adaptée sur les planches : La pièce de théâtre sera présentée en avant-première en février

«Il est rare que le spectateur assiste à des shows en espaces multiples», se félicite Tarik Bourhim.

Il est rarissime de voir un recueil de poèmes adapté en pièce de théâtre. Cependant, l’œuvre «Ramad Al Yaqine» (Cendres de la certitude) du poète Mohamed Belmou sera mise en scène par l’artiste Tarik Bourhim qui a eu la belle idée de cette adaptation sur les planches.

Bien que la démarche ne semble pas aisée, le metteur en scène se lance des défis et estime que «tout est susceptible d’être théâtralisé». A propos des poèmes de Mohamed Belmou, il indique que ceux-ci ne constituent pas un simple recueil. «Cette œuvre exprime plutôt un grand sentiment éprouvé par le poète à propos d’une souffrance réelle. Le tout avec une énorme subjectivité», précise Tarik Bourhim. Dans ce sens, il fait allusion à l’état de santé de la petite fille du poète qui a inspiré cette œuvre qui reflète également l’état d’âme de celui-ci.

Pour adapter ce recueil, le metteur en scène dit opter pour l’école «biomécanique». D’après ses dires, il s’agit, à travers ce courant, d’abonder dans le sens théâtral au-delà de tout drame. Ce genre nouveau au Maroc est, comme il l’explique, «composé en termes d’image présentée au public». Cette représentation comprend, selon ses dires, une personnification, un texte poétique, voire des scènes cinématographiques sous forme de vidéos évoquant les personnages.

De plus, cette pièce de théâtre est conçue dans différents espaces, à savoir la salle de théâtre, les planches et les coulisses. «Il est rare que le spectateur assiste à des shows en espaces multiples», se félicite Tarik Bourhim. Outre les planches, cette œuvre théâtrale est, d’après le metteur en scène, susceptible d’être présentée dans différents espaces à l’instar des cafés littéraires et de la voie publique. D’ailleurs, cette pièce sera présentée, en avant-première, en février prochain lors de la rencontre nationale du réseau des cafés culturels à Sidi Yahia El Gharb. 

A son tour, le poète Mohamed Belmou se félicite de l’adaptation de son œuvre en pièce de théâtre. «Les recueils de poème ne sont pas constamment adaptés en pièces de théâtre surtout au Maroc où la majorité des dramaturges s’inspire de théâtres de par le monde», estime-t-il. Le poète rappelle également que son œuvre comprend un poème à caractère théâtral, à savoir: « Ô encre, suis-je le vent ?».      

Pour rappel, «Ramad Al Yaqine» (Cendres de la certitude) est à sa deuxième édition (2016) après celle de 2013. Il est publié par le  ministère de la culture et de la communication. C’est le troisième recueil du poète qui a également publié «Sawt Attourab»  (la voix de la terre, 2000) et Hamaqat Assalmoun (les Folies du saumon, 2007). Et ce n’est pas tout, Mohamed Belmou envisage de publier en cette année un 4ème recueil intitulé «Taânat sahika» (Coups profonds), une pièce intitulée «Himar raghma anfih» (Âne malgré lui) aux éditions Dar Bouregreg avec la collaboration du scénariste et dramaturge Abdelilah Benhadar. Une œuvre qui promet d’être intéressante.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *