La ville de Fès fait sa cuisine

La ville de Fès fait sa cuisine

«Je préfère ne pas m’exprimer sur les précédentes éditions ». C’est avec ces propos que la cuisinière et l’ethnologue Fatema Hal fait dans la distinction. Lors d’une conférence présentant le festival d’art culinaire de Fés le mardi 4 avril à Casablanca, cette dame a été claire. Cet événement, organisé pour la troisième fois et dédié à la gastronomie marocaine, ne sera plus le même. Fatema Hal qui possède un restaurant marocain à Paris a voulu montrer la différence de cette troisième édition qui aura lieu du 28 au 30 avril à Fès. «Le concept de cette édition sera complètement différent», a t-elle ajouté. Différent dans la mesure où des maîtres cuisiniers et des spécialistes de la gastronomie de plusieurs continents seront invités à donner des conférences et faire des démonstrations de la cuisine de leur pays. Fatema Hal dit souhaiter que la cuisine marocaine ancestrale et transmise de génération en génération puisse se frotter à la cuisine universelle. «La cuisine marocaine ne doit plus être considérée comme étant une affaire de femme de foyer, il faudrait qu’on puisse la voir comme un véritable art». Et pour cela, cette spécialiste  a cru bon inviter des noms de la cuisine internationale pour qu’ils puissent apprécier à leur tour l’histoire, la symbolique et l’importance de cette gastronomie.
Dans la liste des intervenants figurent entre autres Yumiko Aihara, une journaliste japonaise  spécialiste dans la cuisine, les chefs cuisiniers français Alex Atala, Pascal Barbot ainsi que le spécialiste dans la cuisine moléculaire Hervé This. Côté marocain, des noms comme Choumicha, devenue aujourd’hui célèbre au Maroc, Abderrahim Bargach ainsi que Meryem Cherkaoui, une chef cuisinière diplômée de l’Institut Paul Bocuse à Ecully. Les conférences et les débats porteront sur les cuisines traditionnelles marocaines, l’héritage arabo- andalou dans la cuisine de Fès, cuisine et média au Maroc ainsi que l’histoire de la cérémonie du thé. Les débats seront accompagnés de dégustations et d’interprétations culinaires. «Les interprétations se feront à l’exemple de ce qui se réalise à la télévision dans les émissions culinaires», explique Fatema Hal. Pour participer à cette manifestation, les organisateurs, et en premier lieu la fondation Esprit de Fés ont prévu des packages payants. Le prix forfaitaire est de 1500 DH. Difficile, à comprendre l’idée de fixer ce prix lorsqu’on entend Fatema Hal dire que ce festival est adressé à un large public. Comme réponse, la responsable sponsoring de la fondation, Amina Fassi Fahri, déclare : «Pour cette édition, nous n’avons pas prévu d’ouvrir cette manifestation gratuitement mais nous allons inviter les jeunes des écoles hôtelières pour assister». Le budget général de ce festival avoisine selon les dires d’Amina Fassi Fihri les 800.000 DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *