Laila Agherbi, une rappeuse qui a de l’avenir

Laila Agherbi, une rappeuse qui a de l’avenir

Le rap marocain n’est plus un style exclusivement masculin. La preuve est que des jeunes artistes femmes ont intégré la sphère du rap et ont réussi à s’imposer. Laila Agherbi fait partie de cette catégorie d’artistes. Agée à peine de 20 ans, cette native de Rabat a de l’avenir.  Grande passionnée de rap, elle écrit elle-même les paroles de ses chansons. Elle a écrit également pour d’autres chanteurs de rap. Et ce n’est pas tout. Laila Agherbi s’adonne aussi à la composition. Elle est donc interprète, auteur et compositeur. Elle est actuellement en préparation de son premier album dont la sortie est prévue pour mars ou avril 2010. Un album qui se veut varié et dans lequel elle traite des sujets concernant la femme marocaine et arabe. Elle a écrit toutes les chansons que comptera son album, et qui sont en dialecte marocain (darija).  
Laila Agherbi est une artiste qui a commencé très jeune. Elle a fait ses premiers pas dans le domaine du rap en 2003. Elle n’avait alors que 14 ans. «J’écoutais des titres de rap et j’essayais d’imiter des chanteurs de rap. Des groupes de la ville de Rabat notamment. J’avais fait la connaissance de personnes qui ont plus d’expérience que moi et qui ont intégré le milieu artistique avant moi. Cela m’avait encouragée plus et m’a incitée à persévérer et aller de l’avant», a précisé Laila Agherbi.  Cette artiste pleine de vitalité et d’ambition, a participé cette année au Festival «L’Boulevard». Un festival consacré à la musique urbaine qui permet aux jeunes artistes d’exhiber leur talent et prouver qu’ils ont le potentiel et les qualités pour prétendre à une carrière artistique honorable. «Grâce à ma participation à la dernière édition du festival «L’Boulevard», beaucoup de gens qui ne me connaissaient pas avant, ont pu découvrir mon style et mes chansons», a affirmé Laila Agherbi.  
Laila Agherbi a écrit ses premières chansons en français. Une langue qui lui est familière et qui constitue pour elle un moyen d’expression. Cela ne l’a pas empêchée d’écrire des chansons en darija. Lorsqu’on possède les qualités artistiques nécessaires, la langue n’est jamais un obstacle. «En 2005, j’ai commencé à enregistrer des chansons en français que j’ai écrites moi-même. Mais plusieurs personnes m’ont proposé de chanter en darija. J’ai trouvé l’idée intéressante et je me suis lancée dans le rap en darija», a-t-elle confié. Cette dernière a donné plusieurs concerts dans différentes villes du Royaume. «En 2007, j’ai commencé à faire des tournées dans les différentes villes du Maroc. Rien qu’en 2009, entre le mois de juillet et de novembre, j’ai donné dix concerts», a souligné La rappeuse Rbati. Laila Agherbi est une personne qui a réussi parfaitement à concilier entre sa vie estudiantine et sa vie artistique. Elle a décroché un BTS en marketing et communication et rêve d’une carrière professionnelle dans le secteur privé. Laila Agherbi consacre tout son temps libre à sa passion, le rap. «Je consacre plusieurs heures à l’écriture des paroles. Je réserve également une partie de mon temps libre à la composition musicale», a-t-elle ajouté. Et de conclure : «le rap c’est ma raison de vivre, c’est ma raison de dire au monde que lorsqu’on veut, on peut arriver, malgré les zones d’ombre». Il est évident que lorsqu’on y croit et qu’on a de l’ambition et de la détermination, on finit toujours par réaliser ses rêves.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *