Laila Alaoui : «J’utilise la photo artistique pour capturer des réalités»

Laila Alaoui : «J’utilise la photo artistique pour capturer des réalités»

ALM : Que présentez-vous à l’exposition «40» au Bab Hôtel de Marrakech?
Laila Alaoui : Les photographies actuellement exposées au Bab Hôtel sont une série de portraits d’artistes plasticiens et visuels marocains contemporains extraits de mon dernier livre «40».

Quelle est la particularité de cette exposition?
J’ai essayé à travers chacune de mes photographies de mettre en avant l’univers artistique et le travail de l’artiste tout en reflétant sa personnalité. Les images comme les rencontres avec chacun étaient très différentes les unes des autres. Certaines photos ont été prises au studio, d’autres à l’extérieur ou dans les ateliers des artistes à travers plusieurs villes du Maroc. L’exposition mêle des photos en grand format en couleurs et en noir et blanc.

Pourquoi avez-vous opté pour la photographie ?
J’ai toujours été intéressée par les métiers de l’image. Quand je suis arrivée à New York à l’âge de 18 ans, j’ai commencé à faire des études de sociologie et de cinéma dans le but de réaliser des films documentaires. C’est grâce à un professeur de photo que j’ai décidé de concentrer mes études en photographie. Après quelques années d’expérience professionnelles dans le monde du cinéma et de la photo à New York, j’ai décidé de rentrer au Maroc pour travailler sur mon projet «No Pasara» dont les images traitent du problème des jeunes et de l’émigration clandestine. Mon objectif était d’utiliser la photo artistique pour capturer des réalités, les faire voyager en espérant sensibiliser et transmettre un message.

Qu’en est-il de votre ouvrage «40» édité par la CGEM et préfacé par Serge Lutens ?
L’ouvrage «40»est un livre de photographies accompagnées de textes écrits par mon amie Leila Belabbes et d’une préfacé par Serge Lutens, un artiste qui compte beaucoup pour moi. Le livre réunit une sélection d’artistes plasticiens et visuels de toutes générations et styles confondus qui créent le monde de l’art contemporain marocain. On y rencontre des artistes-peintres et plasticiens tels que Mahi Binebine et Mohamed El Baz, des réalisateurs tels que Faouzi Bensaïdi ou Noureddine Lakhmari, des photographes comme Lamia Naji ou Yto Barrada pour n’en citer que quelques-uns. L’envie de faire ce livre m’est venue lors de mon retour au Maroc. A prés avoir vécu huit ans a New York, où je me suis constamment mêlée à des photographes, des journalistes et des cinéastes, j’ai automatiquement chercher à fréquenter le monde de l’art et du cinéma au Maroc.
J’ai aussi eu envie de partager cette nouvelle expérience en créant un livre de photographies qui regrouperait un certain nombre d’artistes dans un même ouvrage, tout en essayant de faire connaître les visages et les personnalités de ceux dont nous ne connaissons que le travail. Le livre était aussi une occasion pour la CGEM de contribuer à faire découvrir de nouveaux artistes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *