«Lalla Fatéma» au top du box-office

La série, dont le producteur exécutif est Nabil Ayouch avec la société Ali N’Productions, a réuni une pléiade d’artistes marocains des deux générations. On retrouve ainsi dans les rôles principaux, Khadija Assad, Aziz Saâdallah, c’est le grand retour de Mohamed El Khalfi, après 6 ans d’absence, mais aussi celui d’une grande actrice Khadija Jamal. C’est également la consécration du petit Hicham Moussoun, qui nous avait ému dans le film «Ali Zaoua». Mais c’est surtout et sans aucun doute LA REVELATION d’une actrice que l’on a tous adoré : Amal Al Atrach dans le rôle d’Aïcha. La réalisation de la série a été confiée à Patrik Nicolini, spécialiste des sitcoms en France. « Lalla Fatéma » se situe dans la série des sitcoms populaires de qualité et traite aussi bien des relations au sein d’une famille marocaine typique , de classe moyenne, mais aussi de problèmes aussi variés que les conflits de génération ou du rôle de la femme dans le Maroc d’aujourd’hui, sur le mode de la comédie. Les épisodes ont été écrits par une équipe de six scénaristes : Ali Smaï, Rachid Hammam, Bouchra Ijork, Rachid Laâroussi, Ahmed Tahiri El Idrissi et Samir Jamal Eddine. La phase d’écriture a débuté le 1er octobre dernier et les auteurs ont achevé les modifications des derniers épisodes fin février tandis que le tournage en studio a pris fin en Mars. Le travail d’écriture a été supervisé par Ihssane Khalafaoui, après que les auteurs aient assisté à un atelier d’écriture au mois de septembre dernier. Cet atelier d’une semaine, organisé par Ali N’productions, avec la directrice d’écriture de SITCOM française Sylvie Bailly, a consisté en une familiarisation des auteurs avec les techniques d’écriture moderne du sitcom en Europe. «C’est un genre de théâtre adapté à la télévision. Chaque épisode dure environ 26 minutes avec une ou deux intrigues» nous confie Ali Smaï. Par la suite, ces techniques ont été adaptées à la réalité marocaine. De nombreuses discussions sur des idées émises par chaque auteur, concertation sur le synopsis, traitement final des idées arrêtées, six mois d’écriture… Bref un parcours nécessaire à la réalisation de ce qui a été le spectacle le plus suivi durant ce mois de Ramadan avec un pic de 60 % d’audience. Conclusion M. Smaï « Avec Lalla Fatéma, on a eu tous les éléments en main pour faire du bon travail: une formation continue, du matériel de qualité… Le tournage s’est effectué dans les studios de Sigma Technologie… ». Conclusion de la conclusion… Avec un si bon résultat, les producteurs du sitcom, remettent les couverts pour le prochain Ramadan. Les scénaristes se sont déjà mis au travail… On est tous très impatients de voir le résultat!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *