Lalla Salma inaugure l’exposition «Yves Saint Laurent et le Maroc»

Lalla Salma inaugure l’exposition «Yves Saint Laurent et le Maroc»

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma a présidé, vendredi soir à Marrakech, la cérémonie d’inauguration de l’exposition «Yves Saint Laurent et le Maroc», organisée au Musée du Jardin Majorelle, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. A cette occasion, SAR la Princesse Lalla Salma a coupé le ruban symbolique, avant de visiter les différents rayons et espaces de cette exposition, qui comporte 44 créations de ce grand couturier, richement accessoirisées et accompagnées d’une série de photographies, de documents et de croquis qui témoignent de moments heureux au Maroc où l’amitié et le travail occupaient la plus grande place dans sa vie. A son arrivée au Jardin Majorelle, SAR la Princesse Lalla Salma a passé en revue un détachement des Forces auxiliaires qui rendait les honneurs, avant d’être salué par Bensalem Himmich, ministre de la Culture, Bruno Joubert, ambassadeur de France à Rabat, et Mohamed Mhidia, wali de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz. SAR la Princesse Lalla Salma a été également saluée par le Commandant délégué de la Place d’Armes de Marrakech, la présidente du conseil communal de la ville, Fatima-Zohra Mansouri, la présidente du conseil préfectoral de Marrakech, la présidente du conseil d’arrondissement de Guéliz, ainsi que par Pierre Bergé, président de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent et commissaire de l’exposition. Initiée par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, cette exposition qui sera installée dans un second temps à Casablanca, est visible pour le public marocain jusqu’au 18 mars prochain. Cette exposition présente dans une ambiance très architecturée d’un intérieur marocain, des modèles dont l’inspiration transparaît dans la forme. On retrouve des réinterprétations par Yves Saint Laurent de caftans, capes, sarouels avec broderies marocaines et détails de passementerie. Dans la seconde salle de l’exposition (la Couleur), Christophe Martin, le scénographe de l’exposition, entraîne le visiteur hors de la maison, vers la nature. On y retrouve les couleurs de la cité ocre qui éclatent et se confrontent si bien: rose, rouge, jaune, mais aussi les couleurs sourdes (beige, terre, bleu marine). Un autre espace de cette exposition (l’Afrique rêvée), abrite des modèles intemporels composés de matières surprenantes: perles de bois, mica, raphia, qui sont surmontés de coiffures extraordinaires portées comme des parures.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *