L’amant de la mémoire du rêve

L’amant de la mémoire du rêve

Cher ami, partageons à jamais Mohamed Kacimi, répétons… Kacimi! Laissons-le sculpter, à jamais, nos rêves… Pourquoi pas? disait… Kacimi Le rêve est beau, mais sa mémoire est sublime remarquait… Kacimi Derrière nos rêves oripeaux, il dressait ses toiles et pinceaux, à lui… Kacimi Labeur de chaque nuit, par monts et plages, dans son sommeil, Kacimi… Fécondait les gestes furtifs et ancestraux que nul autre que lui… Kacimi Ne savait autant fixer dans l’anté-rêve, avant que le rêve n’anime… Kacimi Avant que la mémoire, maudite, en transes, des arabes qui encerclent… Kacimi Ne transforme en litanies peinturlurées les rêves bleus et debout de… Kacimi Ses gestes, ses sourires, sa douceur, les mots et les poèmes de… Kacimi Son amour azur pour l’Homme, pour la femme qui trouvait dans son élan… en Kacimi L’écoute des vents du monde et la méditation du plaisir et de la terre, dans le silence de… Kacimi Les murs et ruelles de Meknès résonnent encore des premiers desseins de l’enfant… Kacimi De Baghdad à Bamako, de Bordeaux au Burkina, flottent les étendards … de Kacimi Le long des grèves, dans les joutes comme dans les geôles, planait le projet de… Kacimi Fait de mémoire, de sourires d’enfants, de rires d’hommes et de femmes dont s’inspirait et s’abreuvait… Kacimi De rire en rire, combat après combat, toile après toile, grandissait l’espoir de… Kacimi La révolte, emmurée dans les rêves des uns et des autres, éclatait par les pinceaux de… Kacimi… Par l’art d’inviter, voluptueusement et poétiquement, tout révolté à aimer la mémoire, comme… Kacimi… Amant de la mémoire des rêves, forge fertile de l’éternel songeur… Kacimi Dans laquelle les causes, grandes et petites, partisanes et non partisanes, fondent avec les mots et les couleurs de… Kacimi Pour que l’ordinaire de la vie et du martyre, à Baghdad comme à Meknès, premier rêve de… Kacimi Éclate, cristallin, de dignité et de beauté dans l’antre de la violence, à jamais terrassée par… Kacimi Violence des grands et des petits, bête immonde nourricière de la médiocrité combattue pour l’éternité… par Kacimi Comme l’amitié, l’éternité, mon ami, il l’a gravée dans nos mémoires… Kacimi!

Jamal Eddine NAJI 30 Octobre 2003

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *