L’AMEF dévoile son programme d’activité

L’AMEF dévoile son programme d’activité

L’Association marocaine des enseignants de français vient de révéler  son programme annuel. Une activité déclinée en plusieurs axes se rapportant à la pratique de la  classe et à l’encouragement de la créativité poético-romanesque. Par l’implication des enseignants dans l’enrichissement de la panoplie de textes à exploiter en classe c’est toute la dimension culturelle locale qui est mise en exergue. Depuis  que les textes d’auteurs marocains font partie des programmes des différents cycles, la littérature marocaine d’expression française est en phase de réviviscence,  a expliqué à ALM Mohammed Zairi du comité provincial d’Oujda.
L’AMEF vient de lancer  un concours de la nouvelle qui récompense des oeuvres inédites. La remise du prix aura lieu en marge de l’Université d’été qui aura lieu à Agadir du 15 au 19 juillet, sous le thème «La pédagogie du questionnement». Un concours balisé puisque les auteurs sont conviés à «écrire une nouvelle répondant à une situation déterminée à l’avance». C’est à partir d’une situation de départ proposée par l’écrivain Mohamed Nedali, que les participants produisent des récits adéquats traitant les péripéties d’une jeune femme qui marche le long d’une rue piétonne, une valise à la main. Au tournant de la rue, un homme d’un certain âge l’aborde soudain. Elle s’arrête. Ils se regardent : lui, content; elle, terrifiée, au bord de l’affaissement… Par ailleurs, les programmes du français encouragent la pratique  littérature en classe. Ce qui permet à l’enseignant d’étudier sa propre nouvelle ou celle d’un collègue.
L’ AMEF  organise aussi un concours de poésie visant à encourager et primer la création.
Ce concours est ouvert aux enseignants de tous les cycles, désireux d’y participer.
Le poème doit aborder la thématique de la rencontre. Et là aussi il y a un canevas à respecter : Le poème comportera nécessairement, dans l’ordre du choix du participant, dix mots qui se référent aux  prémices, flamme, rupture, visage, éphémère, parfum, lumière, cérébral, se prosterner, griserie. Et puisque les élèves font aussi partie de cette animation multiple, ils sont conviés à produire des journaux scolaires avec comme thème «sociétal» : Je fais la fête.
Selon les améfiens,  leur association  a accompagné la réforme du système éducatif en organisant des rencontres d’enseignants autour des problématiques et des questionnements qu’impose le passage au nouveau programme et aux nouvelles méthodes. «Aussi avions-nous consacré les dernières universités d’été à des débats sur la didactique de l’œuvre intégrale l’ enseignement du français et les contacts langagiers  ainsi qu’à  la dimension culturelle de cet enseignement», rapporte Abdellah Baïda du comité provincial de Rabat, et d’ajouter : «nous organiserons bientôt, du 1er au 4 avril 2008 à Ouarzazate, le colloque du printemps qui sera un Hommage à Driss Chraïbi». Les interventions porteront de manière générale sur « la didactique du texte maghrébin en cours de français». L’AMEF participera aussi au Salon de l’enfant organisé sous l’égide du ministère de l’Education nationale,  de l’Enseignement supérieur,de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique à l’OFEC et qui aura lieu à Casablanca du 28 février au 2 mars sous le thème : «Citoyenneté, éducation et loisirs»
A signaler que l’ensemble des activités menées par ladite association sera publié dans un numéro spécial de la revue des enseignants «Recherches pédagogiques».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *