L’art au service de la lutte contre la corruption

L’art au service de la lutte contre la corruption

Des chercheurs, écrivains, poètes, dramaturges, plasticiens et professionnels de la communication témoigneront contre la corruption à travers l’exposition intitulée «La sagesse des proverbes». Organisée à l’initiative de l’association Transparency Maroc, cette exposition se déroulera à partir d’aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 22 avril à la galerie Bab El Kbir de Rabat.
Une vingtaine d’artistes, cinquante écrivains, et de nombreux journalistes ont permis à l’association Transparency Maroc de mieux porter le message de lutte contre la corruption au cœur de la société et en marquer durablement les esprits. L’idée de ce projet est née grâce à Hakima Lebbar, psychanalyste, galeriste et membre du Conseil national de Transparency Maroc. Elle a inventé et développé un projet autour de proverbes et adages qui évoquent la corruption en langues parlées arabe et amazighe. «Nous travaillons sur ce projet depuis 2001, nous voulons créer, à partir de la forme syntaxique du proverbe de nouvelles expressions qui mobilisent les citoyens contre les pratiques de corruption et appellent à leurs condamnations», a indiqué à ALM Hakima Lebbar. Ainsi les artistes plasticiens proposeront un travail réalisé à partir d’une expression anti-corruption et deux autres œuvres qui seront mises en vente. De ce fait, 30% des recettes iront au profit de projets contre la corruption. «J’expose une de mes œuvres. J’ai essayé en tant que calligraphe de présenter un proverbe qui dénonce la corruption», a souligné à ALM, l’artiste Nourddine Chater, l’un des participants à cette exposition. Des écrivains présenteront également leurs textes. Ainsi le public aura droit aux textes de Mourad Alami, Driss Azdoud, Abdellah Baïda, Tahar Benjelloun, Ali Benmakhlouf, Rachid Benzine, Lahcen Berkoule, Driss Bouissef Rekab et autres . Avec le concours du dramaturge et poète Ahmed Tayeb El Alj , le journaliste et écrivain Khalid Jamai , la linguistique Zakia Iraqui , le chercheur à l’IRCAM Driss Azdoud et l’enseignant Aït Maghrad Khettouch, une liste d’expressions a été arrêtée et soumise à de nombreux artistes et écrivains pour les inviter à s’en inspirer afin de produire chacun et chacune un travail dans le même esprit. A cette occasion, un hommage sera rendu à Ahmed Tayeb El Alj et à feu Mustapha El Kasri pour leur long et ferme engagement contre la corruption. Des ateliers ont également été organisés au profit d’ élèves de plusieurs collèges à Kénitra, Beni Mellal et Casablanca pour créer de nouvelles expressions contre la corruption. Leurs expressions ont été gracieusement calligraphiées par Mohamed Qarmad, Smail et Rachid Bourqaiba et seront exposées avec les travaux des artistes. En effet, les différentes contributions des artistes-peintres, des auteurs de textes et d’expressions feront l’objet d’une publication avec le concours gracieux de Tarik Editions et l’appui financier de la Fondation Friedrich Ebert. A cet effet, un Livre d’or sera mis à la disposition de tout un chacun qui voudrait proposer une ou plusieurs expressions pour enrichir ce patrimoine collectif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *