L’auteur aborde un thème d’actualité: Yassine Guedira relate le parcours raté d’un djihadiste

L’auteur aborde un thème d’actualité: Yassine Guedira relate le parcours raté d’un djihadiste

Le dernier livre «Deo Ignoto I, Le repentir d’Ismaël» de l’auteur marocain Yassine Guedira, traitant du djihad entre autres, lance un appel, toujours d’actualité, à la tolérance entre les religions.

Un message véhiculé tout au long du roman alliant poésie et récit à la fois. Une démarche assez rarissime dans les écrits littéraires. Chaque poème, amorçant les différents chapitres du livre, est le reflet du contenu du récit qui le suit.
Cet appel à la tolérance se manifeste dans le livre, dont l’auteur remonte au passé dur du père du personnage principal, à travers plusieurs passages. «C’est en aimant les autres et en acceptant leur différence que tu pourras défendre le message de la vérité», estime l’écrivain dans un échange entre un juif et le personnage principal du roman plein de surprises pour le lecteur.

Cet effet est créé par la mort du grand-père puis du père, emprisonné pour des années, qui peu de temps se suicide après son relâchement. A son tour, le fils fait face à la fatalité de la mort mais de manière différente. Avant de subir ce sort, le personnage principal remonte aux années de l’université où il rencontre l’amour. Une passion qu’il porte pour une fille voilée et qu’il éprouve davantage après avoir assisté à une conférence donnée par celle-ci autour du djihad. Ce sujet s’empare tellement du héros du roman qu’il décide de rejoindre les camps d’entraînement.

Une altercation avec le mollah incite le premier à quitter les lieux pour Landen (en Belgique), la ville où l’auteur a, d’ailleurs, passé une bonne partie de sa vie. Là-bas, un membre du groupe djihadiste, que le personnage principal avait fréquenté, exécute, dans une gare ferroviaire, un attentat terroriste dont le héros est victime. Le destin a voulu que celui-ci finit sa vie sur une réflexion autour de la tolérance entre les religions.

«N’ai-je pas appris aujourd’hui que les humains différent dans leurs conditions et états mais qu’ils restent libres dans leurs droits de choisir leurs religions ou carrément de s’en abstenir en prenant pour seul dieu leur raison ?», indique Yassine Guedira par le biais du personnage principal de son livre qui finit sur un poème prémonitoire de sa vie dans l’au-delà. De quoi couper le souffle au lecteur. Outre «Deo Ignoto I, Le repentir d’Ismaël», prévu de faire l’objet de deux autres tomes, l’écrivain, lauréat du prix 2M en poésie en 2012, compte à son actif un recueil de poèmes intitulé «Rêves vendus».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *