Le 1er film de Abdellah Taia fait le tour des festivals

Le 1er film de Abdellah Taia fait le tour des festivals

Le mois de septembre semble chargé pour l’écrivain Abdellah Taïa. Il prendra part aux grands festivals internationaux, en présentant son premier long métrage «L’Armée du salut». Celui-ci sera projeté au Festival international du film de Toronto à Canada, prévu les 10, 11 et 14 septembre et au Festival international du film de la Mostra de Venise qui s’est ouvert le 28 août et se clôturera le 7 septembre 2013.

Selon les organisateurs de cette grandiose manifestation cinématographique, «L’Armée du salut» est programmé dans la section «Semaine internationale de la critique». Ainsi le public pourra le découvrir ce mercredi 4 septembre. Abdellah Taïa aborde à travers ce film son homosexualité. Il a décidé de mettre en scène son propre histoire, ses souvenirs d’enfance et d’adolescence. «Abdellah, adolescent marocain, aime son frère aîné, Slimane. Histoire d’un amour impossible», peut-on lire dans le synopsis du film.

«L’Armée du salut» est l’adaptation de son troisième roman paru en 2006. Par ailleurs, le tournage de cette production française a eu lieu l’année dernière à Casablanca, alors qu’une autre partie du film a été tournée en Suisse. Plusieurs acteurs marocains participent à ce film dont l’acteur Amine Ennaji qui joue le rôle du grand frère de Taia. Un jeune du nom de Said Mrini joue le rôle de l’écrivain à l’âge de quinze ans, tandis que le jeune Karim Aït Mhand interprète son personnage à l’âge de 25 ans.

Cette œuvre cinématographique sortira en effet en fin 2013 alors que rien n’est annoncé au Maroc. Ceci étant, Abdallah Taïa, considère son homosexualité comme une question identitaire. Il a fait l’objet d’un débat en révélant son homosexualité en 2009. Rappelons que cet écrivain réside en France depuis 1999. Il a reçu le Prix de Flore en 2010 pour son livre «Le jour du roi» paru aux Éditions françaises du Seuil. Abdellah Taïa est l’auteur de plusieurs romans dont «Une mélancolie arabe» et «Lettres à un jeune Marocain».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *